Logement social : le FRAPRU manifeste à Montréal

Invitation à la manifestation du FRAPRU Invitation à la manifestation du FRAPRU

Quelque 700 personnes, selon le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), ont participé dimanche après-midi à une marche dans les rues du quartier montréalais de Pointe-Saint-Charles visant à dénoncer la fin des subventions fédérales pour le logement social.

Selon l'organisme, environ 600 000 logements sociaux au Canada, dont 127 000 au Québec, reçoivent ces subventions à long terme versées depuis des décennies à des habitations à loyer modique (HLM), à des coopératives d'habitation et à des organismes à but non lucratif en habitation. Dans Pointe-Saint-Charles, la proportion de logements subventionnés atteindrait 40 %.

Le FRAPRU a indiqué que des manifestants sont venus de l'Ouataouais, de Québec, de Sherbrooke et de Trois-Rivières pour se joindre au groupe montréalais. Pour exprimer leur désaccord avec la loi spéciale 78 et le règlement municipal antimasque, les marcheurs n'avaient pas fourni leur itinéraire aux policiers.

Le coordonnateur du FRAPRU, François Saillant, craint que la fin des subventions ne compromette l'accessibilité financière au logement social.

« Les ménages à faible revenu qui habitent présentement ces logements risquent tous que leur loyer soit augmenté. Dans le cas des logements coopératifs et sans but lucratif relevant directement de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), la hausse sera salée, puisque des locataires pourraient payer deux ou trois fois plus cher pour leur loyer », explique M. Saillant.

Pour lui, « les dommages ne s'arrêteront cependant pas là, puisque la perte d'accessibilité des logements sociaux existants affectera aussi les personnes et les familles mal logées ou sans abri qui pourraient y avoir accès à l'avenir ».

Le FRAPRU s'inquiète aussi de la qualité de ce parc de logements sociaux vieillissant, dénonçant leur manque d'entretien.

« On nous dit que les décisions sont irrévocables. Le gouvernement fédéral est totalement fermé. » — François Saillant, coordonnateur du FRAPRU

Dans son dernier budget, le gouvernement de Stephen Harper annonce des compressions de 102,4 millions de dollars sur trois ans à la SCHL, la majeure partie devant être appliquée lors de l'exercice 2014-2015.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.