Droits de scolarité au Québec : un débat de société

Une manifestation contre la loi spéciale dégénère à Montréal

Les manifestants s'échauffent

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Montréal mercredi soir pour dénoncer la décision du premier ministre Jean Charest de déposer un projet de loi spéciale pour mettre fin au conflit étudiant.

La manifestation a débuté dans le calme, mais a dégénéré par la suite.

Vers 0 h 25, la manifestation a été déclarée illégale par les policiers en raison de plusieurs infractions criminelles constatées au cours de la marche. Des projectiles ont été lancés en direction des policiers. Des manifestants ont brisé les vitres d'au moins cinq banques.

Le groupe d'intervention tactique est intervenu en utilisant des gaz pour disperser la foule.

Vers 1 h, les manifestants se sont dispersés dans tous les sens, créant beaucoup de difficultés pour les automobilistes circulant à Montréal.

Nos journalistes et des témoins ont signalé avoir été témoins d'arrestations musclées.

Selon un bilan fourni par une porte-parole du Service de Police de la Ville de Montréal, 122 personnes ont été arrêtées. On dénombre plusieurs blessés parmi les agents de police et les manifestants.

Deux autres manifestations

Vers 20 h 30, de 2000 à 3000 personnes avaient déjà investi les rues de la métropole pour une autre marche.

Plus tôt encore, une autre marche avait lieu à Montréal, où la nudité était à l'honneur.

Le départ officiel de cette « ma-nu-festation » a été donné dans le calme, à 19 h. Les participants s'étaient réunis au coin de Berri et de Sainte-Catherine.

Le service de police de la Ville de Montréal (SPVM) avait alors évalué la foule à au moins 1500 manifestants.

La manifestation à Québec. La manifestation à Québec.
Des participants de la « ma-nu-festation ». Des participants de la « ma-nu-festation ».

Facebook