Droits de scolarité au Québec : un débat de société

Des professeurs dénoncent la judiciarisation de la grève étudiante

Point de presse des représentants des professeurs universitaires qui s'indignent contre la judiciarisation de la grève, le 19 avril 2012 Point de presse des représentants des professeurs universitaires qui s'indignent contre la judiciarisation de la grève, le 19 avril 2012

Des professeurs dénoncent la judiciarisation de la grève étudiante, car elle crée un climat inacceptable dans les universités, selon eux. Des agents de sécurité armés obligent les étudiants à entrer en classe et des professeurs sont arrêtés.

Ces professeurs trouvent que la judiciarisation du conflit crée un climat de peur sur les campus. « Ça ne peut pas être le climat normal dans une enceinte universitaire », s'indigne Jean Portugais, président du Syndicat général des professeurs et professeures de l'Université de Montréal (SGPUM). Le but de l'université est le partage des connaissances, indique-t-il. « Comment voulez-vous faire ça dans un contexte où un policier vous pousse en classe? ».

« On est dans une situation où on crée un traumatisme chez les professeurs et les étudiants. » — Max Roy, président de la Fédération québécoise des professeures et professeurs d'université (FQPPU)

Le premier vice-président du Syndicat des professeures et professeurs de l'Université du Québec en Outaouais (SPUQO), Martin Noël, dénonce l'injonction sur laquelle s'appuie l'Université du Québec en Outaouais pour faire appel au corps policier. Il trouve que la judiciarisation du conflit est une mauvaise chose, car l'injonction obtenue par une cinquantaine d'étudiants et leur procureur invalide la position de la majorité, soit des quelque 550 étudiants qui se sont prononcés pour la grève.

« On semble vouloir régler sur le dos des étudiants un débat qui est vieux comme le monde », indique Jean Portugais. « Il y a d'autres forums pour ça. La société civile dans son ensemble doit se pencher sur la question », soutient-il.

Martin Noël indique que les professeurs sont pris en otage entre les consignes universitaires qui obligent la reprise des cours, l'obligation légale des injonctions des étudiants qui veulent retourner en classe et les étudiants en grève contre la hausse des droits de scolarité.

Gestion « désastreuse » de la crise

Les professeurs de l'Université de Montréal se dissocient des positions prises par la direction de l'université et condamnent la « gestion désastreuse » de la situation. Jean Portugais trouve que le gouvernement du Québec, les recteurs et vice-recteurs de l'Université de Montréal ont créé un climat de crise en refusant le dialogue.

« Nous sommes pris avec un problème créé de toutes pièces par les leaders politiques », ajoute-t-il. Ils veulent faire croire que le conflit a été créé par les étudiants, alors que ce sont eux qui ont choisi d'envoyer des agents de sécurité, s'indigne-t-il. Le débat devrait porter sur le financement des études, selon lui, et non sur la sécurité.

En soirée, le recteur de l'Université de Montréal, Guy Breton, a affirmé qu'il ne demanderait pas de nouvelle injonction pour laisser une chance à la négociation.

Les cégeps invitent le gouvernement à négocier avec les étudiants

Le conseil d'administration du Collège Montmorency a adopté à l'unanimité une résolution pour inviter le gouvernement du Québec à négocier une sortie de crise avec les représentants étudiants qui militent contre la hausse des droits de scolarité.

Une douzaine de cégeps ont adopté ou sont en voie d'adopter une résolution semblable, selon le syndicat des professeurs du cégep. La résolution explique que la hausse des droits de scolarité dans les universités affectera l'accessibilité à l'éducation postsecondaire et favorisera l'endettement accru des étudiants et de leur famille.

La résolution est adoptée alors que la ministre de l'Éducation Line Beauchamp invite la Fédération étudiante universitaire du Québec et la Fédération étudiante collégiale du Québec à négocier dès que possible.

Plusieurs manifestations au Québec

La grève étudiante donne à nouveau lieu à des manifestations dans plusieurs villes du Québec, notamment à Montréal, à Gatineau, et à Sherbrooke.

Résolution du Collège Montmorency

En complément

  • droits de scolarité au québec : un débat de société
    dossier -  Droits de scolarité au Québec Droits de scolarité au Québec : un enjeu de société