22 mars : les étudiants prévoient une manifestation « d'ampleur historique »

Des étudiants ont manifesté le 13 mars dernier dans les rues de Montréal. Des étudiants ont manifesté le 13 mars dernier dans les rues de Montréal.  Photo :  PC/Paul Chiasson

Des dizaines de milliers d'étudiants de partout au Québec ont commencé à converger vers Montréal pour prendre part à la manifestation nationale en après-midi, point culminant du mouvement de grève des étudiants contre la hausse des droits de scolarité.

Alors que quelque 310 000 étudiants sont en grève, le gouvernement Charest a réitéré dans son budget déposé mardi que la hausse des droits de scolarité de 1625 $ sur cinq ans annoncée l'an dernier sera maintenue, malgré la grogne étudiante.

Le ministre des Finances, Raymond Bachand, a même balayé du revers de la main une proposition du recteur de l'Université du Québec à Rimouski, qui offrait d'agir comme médiateur entre le gouvernement et les fédérations étudiantes, sous prétexte qu'il n'y a rien à négocier.

L'Université de Montréal suspend ses activités

L'Université de Montréal a annoncé mercredi qu'elle allait suspendre les cours et les examens devant se donner sur ses campus jeudi. « Des incidents survenus au cours des derniers jours laissent croire que les manifestations d'envergure prévues pour le 22 mars pourraient entraîner des débordements qui seraient dommageables pour la communauté universitaire et les quartiers environnants », a dit l'université dans un communiqué.

Les divers regroupements étudiants ne s'attendent à rien de moins qu'à une manifestation « d'ampleur historique » jeudi. La CLASSE chiffre entre 50 000 et 100 000 le nombre de manifestants, étudiants, professeurs et parents qui prendront part à l'événement.

Une quinzaine d'autobus partiront de l'Université Sherbrooke jeudi, et plusieurs autres de l'Université du Québec à Trois-Rivières, a affirmé Yanick Grégoire, vice-président de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ).

Les étudiants, qui ont dévoilé leur trajet il y a plusieurs jours, se donnent rendez-vous jeudi à la place du Canada, vers 13 h. Ils parcourront ensuite les rues du centre-ville puis se rassembleront dans le Vieux-Montréal.

Trajet de la manifestation du 22 mars

Les divers regroupements étudiants sont unanimes : le 22 mars ne marquera pas la fin du soulèvement. « Plus le gouvernement est fermé, plus le rythme [des manifestations] s'accélérera », prévient M. Grégoire.

Des étudiants déçus du budget Bachand

« Déçus » et « fâchés » par le budget provincial déposé par le ministre des Finances Raymond Bachand, les étudiants réunis au sein de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) ont promis d'intensifier leurs moyens de pression. Les dirigeants de l'association étudiante s'attendent à ce qu'un nombre record de manifestants participent au rassemblement de jeudi.

Une porte-parole de la CLASSE, Jeanne Reynolds, a défendu le blocage du pont Champlain par des étudiants, mardi. Selon elle, ce moyen de protestation est « légitime » puisque le gouvernement refuse de discuter avec les étudiants. Mme Reynolds rappelle que les étudiants souhaitent simplement discuter avec des représentants du gouvernement Charest.

La porte-parole de la CLASSE affirme que le gouvernement sera forcé de changer d'attitude envers les étudiants après la manifestation de jeudi, alors que plus de 220 000 étudiants sont actuellement en grève.

D'autres gestes d'éclat

Maintenant la pression sur le gouvernement, des étudiants ont, entre-temps, tenu une vigile cette nuit devant les bureaux du ministère de l'Éducation de la rue Belvédère à Sherbrooke.

Par ailleurs, des étudiants en urbanisme et en design manifestent de façon colorée sur la place Jacques-Cartier dans le Vieux-Montréal. Ils ont décoré les arbres de carrés rouges, symboles de leur lutte.

Dans la même veine, environ 75 étudiants des trois campus du cégep régional de Lanaudière (Joliette, Terrebonne et L'Assomption) ont manifesté mercredi après-midi à Repentigny. Le groupe a emprunté les rues du centre-ville avant de terminer la marche devant les bureaux administratifs.

Geste de protestation des étudiants, place Jacques-Cartier Geste de protestation des étudiants, place Jacques-Cartier  Photo :  Maxime Coutié

La classe moyenne écopera de la hausse, dénoncent les étudiants

Plus tôt dans la journée, la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) et la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) ont plaidé que ce sont les familles de la classe moyenne qui feront le plus les frais de la hausse annoncée.

Accompagnées de représentants de la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ), de la Confédération des organismes familiaux du Québec (COFAQ) et de la clinique juridique Juripop, elles ont affirmé que le Code civil du Québec oblige les familles à contribuer aux études de leurs enfants si leur revenu excède 30 000 $.

Selon eux, près de la moitié des familles gagnant de 30 000 $ et 60 000 $ ne contribuent pas aux études de son enfant.

« En ce moment, on exige d'une famille gagnant 60 000 $ qu'elle verse 5700 $ à son enfant, c'est irréaliste. Dans les faits, cette famille verse environ 2600 $ à son enfant », affirme Martine Desjardins, présidente de la FEUQ. « Avec la hausse des frais de scolarité, elle devra trouver 1625 $ de plus dans son budget, ça ne tient pas la route. »

Les fédérations étudiantes et les autres organismes présents à la conférence de presse déplorent que le seul recours possible dont un enfant dispose lorsque ses parents ne contribuent pas à ses études soit de les poursuivre.

« Les poursuites judiciaires ne sont pas une solution acceptable. Qu'un étudiant poursuive ses parents parce que ceux-ci ne peuvent pas le soutenir financièrement, ce n'est pas humain. Le gouvernement doit revoir ses façons de faire », affirme Lorraine Desjardins, agente de communication de la FAFMRQ.