Droits de scolarité au Québec : un débat de société

Droits de scolarité : les étudiants poursuivent leur lutte, la ministre s'impatiente

Entrevue avec la Sûreté du Québec

Tandis que les étudiants québécois multiplient les gestes d'éclat pour forcer Québec à revenir sur la hausse des droits de scolarité, la ministre de l'Éducation Line Beauchamp les accuse « d'écoeurer les travailleurs qui paient leurs études » et de vouloir leur refiler « toute la facture ».

Nombre d'entre eux se sont notamment regroupés devant l'Université Concordia et près du pont Jacques-Cartier. D'autres attendent le dévoilement du budget provincial à Québec.

Ce matin, plus d'une centaine d'étudiants en grève munis de banderoles ont bloqué la circulation sur l'autoroute 10 en direction de Montréal et paralysé l'accès au pont Champlain pendant une bonne partie de l'heure de pointe.

Leur geste a causé un embouteillage monstre tant sur l'autoroute des Cantons-de-l'Est que sur la bretelle de la 132.

Plusieurs véhicules de la Sûreté du Québec (SQ) ont été dépechés sur les lieux. Quelque 80 étudiants ont été escortés par les policiers jusqu'à un poste de police à Candiac où ils ont reçu des constats d'infraction de 494 $ en vertu de l'article 500.1 du code de sécurité routière du Québec, pour avoir entravé la circulation.

« C'est évident qu'on va intervenir devant une manifestation comme ça. On ne permettra jamais d'entraver les voies rapides. Ils mettent en péril leur propre sécurité et celle des usagers de la route », a déclaré Michel Brunet, porte-parole de la SQ, ajoutant qu'aucune accusation criminelle n'est portée.

Le ministre de la Sécurité publique, Robert Dutil, a souligné que ce geste était non seulement illégal, mais dangereux et intolérable dans une société démocratique.

Ève Leblanc, une étudiante qui a participé à la manifestation, a expliqué à Radio-Canada que ce blocage était symbolique. « Ce n'est pas des attaques personnelles, mais un blocage de l'engrenage capitaliste dans lequel on évolue », a-t-elle affirmé.

Elle a précisé que le geste représentait la façon dont l'accès aux études est bloqué par la hausse des droits de scolarité.

Une trentaine d'étudiants près du pont Jacques-Cartier

Par ailleurs, près du pont Jacques-Cartier, une trentaine d'étudiants ont déployé ce matin des banderoles pour protester contre la hausse des droits de scolarité. La circulation n'a cependant pas été perturbée.

L'une des banderoles incite les automobilistes à klaxonner pour signaler leur appui aux étudiants. Sur une autre, on peut lire le message « Étudiants outrés par le budget libéral », qui sera déposé en après-midi à Québec par le ministre des Finances Raymond Bachand.

Martin Boire, étudiant affilié à la Fédération étudiante universitaire du Québec, a expliqué que les étudiants espèrent ainsi pouvoir continuer à rallier la population à leur combat.

Les cégépiens devant l'Assemblée nationale

Des centaines d'étudiants membres de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) ont prévu un « sit-in » devant l'Assemblée nationale du Québec, de 14 h à 16 h 30, pour attendre le dévoilement du budget provincial.

Ils comptent ainsi augmenter la pression sur le gouvernement et le pousser à revenir sur sa décision d'augmenter les frais de scolarité de 75 %. Selon la FECQ, il est possible de geler les frais de scolarité sans alourdir le fardeau fiscal des contribuables.

Le président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Léo Bureau-Blouin, a affirmé en entrevue à RDI, mardi matin, que le premier ministre Jean Charest devra éventuellement écouter les propositions que les étudiants lui ont fait parvenir pour éviter les hausses des droits de scolarité.

« On est déterminés, on va continuer parce qu'on est animé par l'espoir d'une société un peu plus juste, un peu plus équitable. On veut une éducation abordable pour tous. » — Léo Bureau-Blouin, président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ)

Le président de la FECQ a par ailleurs qualifié d'intéressante la proposition du recteur de l'Université du Québec à Rimouski, qui a suggéré la nomination d'un médiateur pour régler le conflit.

Manifestation devant l'université Concordia

Manifestation étudiante devant Concordia Manifestation étudiante devant Concordia  Photo :  Marc Verreault

Des étudiants de l'Université Concordia ont manifesté à 10 h 30 devant l'édifice Hall, sur le boulevard Maisonneuve, pour dénoncer les avantages accordés au recteur de l'institution.

Avec la Coalition Profs contre la hausse, ils ont procédé à une mise en vente symbolique de l'appartement luxueux du recteur de Concordia, Frederick Lowy.

L'université a accepté de prêter à M. Lowy 1,4 million de dollars sans intérêts, afin que celui-ci puisse s'acheter un nouveau condo et continuer de vivre au 1515, Docteur-Penfield.

« Le scandale n'est pas seulement le sous-financement des universités, mais aussi leur culture de gestion. De toute évidence, le sous-financement ne les a pas empêchées de gaspiller nos fonds jusqu'à maintenant. Nous refusons que la facture de ces dépenses frivoles soit refilée aux étudiants et étudiantes », a déclaré Liz Colford, porte-parole étudiante de l'événement.

La ministre de l'Éducation du Québec, Line Beauchamp, avait imposé le 9 mars dernier une pénalité financière de 2 millions de dollars à l'Université Concordia pour avoir manqué de rigueur dans la gestion des fonds publics. L'institution avait notamment octroyé 3,1 millions de dollars en indemnités de départ à cinq anciens administrateurs, dont les deux derniers recteurs.

Les étudiants du Cégep de Thetford Mines reprendront mardi le vote sur la hausse des droits de scolarité en raison d'un vice de procédure. 60 % des quelque 300 étudiants sur les 800 que compte l'établissement avaient voté pour la hausse des droits de scolarité.

En complément