Radon : des tests dans toutes les écoles québécoises

Radon Illustration du radon qui s'infiltre par les fissures d'une fondation.

Le gouvernement du Québec étend à toutes les écoles de la province les tests pour détecter la présence de radon, un gaz radioactif dans la terre qui peut s'infiltrer dans les bâtiments par les fissures de la fondation.

En 2010, un projet-pilote de dépistage de cette substance dans 65 écoles avait permis de trouver des mesures supérieures au taux acceptable dans 11 écoles.

Le ministère de l'Éducation a donc décidé d'étendre les tests à toutes les écoles primaires et secondaires du Québec.

Selon le président du Comité intersectoriel québécois sur le radon, Jean Claude Desseau, il s'agit d'une mesure préventive. « On pense que la proportion est relativement faible, mais suffisamment importante pour que ça vaille la peine de le faire. Au moins, on sera rassuré », dit-il.

À long terme, l'exposition au radon peut causer le cancer du poumon. M. Desseau affirme toutefois que les parents n'ont pas à s'inquiéter, puisque des mesures simples permettent d'en réduire suffisamment la présence dans la plupart des cas.

À Montréal, la commission scolaire English Montréal a commencé à tester le taux de radon dans l'air de certains de ses établissements.

À la Commission scolaire de Montréal (CSDM), le test de dépistage du radon sera inclus dans le programme d'action sur la qualité de l'air dans les écoles dont les détails seront connus en mars.

En plus du radon, ce programme visera également à déceler la présence d'amiante, indique le porte-parole de la CSDM, Alain Perron.

Les commissions scolaires ont jusqu'en 2014 pour évaluer le taux de radon dans leurs écoles.

D'après un reportage de Francine Plourde