Citoyenneté : le port du niqab interdit lors des assermentations

Le ministre de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney Le ministre de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney  Photo :  Radio-Canada

Le ministre de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney, a annoncé lundi que le port du niqab et de la burqa sera dorénavant interdit lors des cérémonies d'assermentation pour l'obtention de la citoyenneté canadienne.

Il souhaite par cette mesure que tous les nouveaux Canadiens participent à l'événement de la même manière et prêtent serment « de façon libre et ouverte ».

« Nous ne pouvons pas tolérer deux classes de citoyens. [...] Ceci n'est pas une simple mesure pratique et technique. C'est une question de pur principe qui se situe au coeur de notre identité et de nos valeurs en matière d'ouverture et d'égalité. » — Le ministre Jason Kenney

Le ministre a précisé qu'il avait reçu plusieurs plaintes de juges à l'immigration qui ne voyaient pas le visage des candidats et ne pouvaient donc pas savoir s'ils prononçaient vraiment le serment.

Il a dit s'inquiéter en rencontrant de nouveaux citoyens qui ne parlaient pas l'une des deux langues officielles et en apprenant que des demandeurs obtenaient de l'aide pour réussir leur examen de citoyenneté.

M. Kenney a expliqué que ces préoccupations l'ont poussé à lancer un plan d'action pour valoriser la citoyenneté canadienne.

Parmi les nouvelles mesures qui seront instaurées, la note de réussite de l'examen de citoyenneté passera de 60 à 75 %. Le test contiendra notamment plus de contenu sur les valeurs, l'histoire et les symboles du pays.

Ottawa compte aussi mettre sur pied un processus pour vérifier les capacités linguistiques des demandeurs et s'assurer qu'ils maîtrisent au moins l'une des deux langues officielles.

Le ministre a souligné par ailleurs que 6500 personnes originaires de plus de 100 pays font l'objet d'enquêtes pour avoir tenté d'acquérir frauduleusement la citoyenneté canadienne ou de conserver leur statut de résident permanent, tel qu'annoncé vendredi dernier.

« La citoyenneté canadienne n'est pas à vendre. Les Canadiens sont généreux, mais ne tolèrent pas que des personnes ne respectent pas les règles et mentent ou trichent pour acquérir le statut de citoyen canadien. Le gouvernement appliquera fermement les lois canadiennes et prendra les mesures qui s'imposent dans le cas des personnes qui ont acquis la citoyenneté de manière frauduleuse », a affirmé le ministre Kenney.

En complément