Droits de scolarité : Charest garde le cap devant la contestation annoncée

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Le premier ministre qu Québec, Jean Charest Le premier ministre qu Québec, Jean Charest (archives)

Le premier ministre Jean Charest a réitéré mercredi en Chambre sa volonté de hausser les droits de scolarité, pendant que les étudiants à Sherbrooke et à Montréal se mobilisent contre cette mesure.

Les étudiants du Cégep de Sherbrooke ont déclenché mercredi matin une grève de deux jours pour protester contre la décision de Québec d'augmenter de 75 % en cinq ans les droits de scolarité à l'université. Ils ont aussi manifesté devant leur établissement pour donner un avant-goût au gouvernement Charest de ce qui l'attend jeudi, lors de la manifestation prévue à Montréal.

Grève des élèves du Cégep de Sherbrooke Grève des élèves du Cégep de Sherbrooke

À l'Assemblée nationale, Jean Charest a par ailleurs accusé l'opposition d'épouser la cause des étudiants par opportunisme politique. La chef du Parti québécois, Pauline Marois, estime que la hausse des droits va nuire à l'accessibilité aux études supérieures, décourager les étudiants et alourdir le fardeau des parents. Le premier ministre plaide pour sa part que les étudiants les plus pauvres ne seront pas touchés par l'augmentation.

Des milliers d'étudiants attendus à Montréal

Jeudi à Montréal, les associations étudiantes attendent des dizaines de milliers de personnes, pendant que plus de 100 000 étudiants débraieront à l'échelle de la province.

Leur cause a reçu l'appui de 130 groupes sociaux et du milieu syndical.

« Le gouvernement Charest s'entête dans son aveuglement à vouloir endetter les étudiants et leurs familles », a déclaré dimanche par voie de communiqué la présidente de la FEUQ, Martine Desjardins, à l'issue du congrès de l'association. Le 10 novembre, c'est dans la rue que les étudiants rappelleront le premier ministre à l'ordre : 1625 $ de hausse, ça ne passe pas! »

De leur côté, les professeurs de l'UQTR (Université du Québec à Trois-Rivières) ont eux aussi dénoncé dans un communiqué émis mercredi ces hausses.

Info en continu