Des indignés campent à Toronto et à Montréal

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters
Les précisions d'Isabelle Lavigne

Un peu partout dans le monde, la journée de protestation contre l'injustice et la suprématie des institutions financières se prolonge dans des campements improvisés. Au pays, des manifestants ont dormi dans des parcs à Toronto et à Montréal.

Après avoir passé la nuit dehors, des Torontois préparent leurs actions pour lundi. Un des manifestants qui a campé au parc Saint-James, dans le centre-ville de Toronto, a indiqué que la journée serait consacrée à l'organisation d'un défilé dans le quartier financier de la métropole.

« Aujourd'hui, ça sera une journée importante pour planifier une importante manifestation lundi, à l'ouverture de la Bourse », a déclaré Nicolas Salassidis, 20 ans, qui a créé le groupe Facebook Occupons Toronto.

50 tentes à Montréal

Il s'agissait aussi d'une première nuit d'occupation pour des manifestants à Montréal qui, inspirés par les protestataires du parc Zuccoti, près de Wall Street, s'élèvent contre un système financier favorisant, disent-ils, une élite riche au détriment des masses ou des « 99 % ».

Dans le centre-ville, des manifestants ont dormi au Square Victoria, où une cinquantaine de tentes ont été plantées devant la tour de la Bourse après le rassemblement de la veille.

Samedi, ils étaient environ 3000 à Toronto et 1000 à Montréal à protester comme d'autres militants du Canada et de la planète en entier qui ont répondus aux appels lancés sur les réseaux sociaux.

Un protestataire montréalais a expliqué qu'il a rejoint le mouvement pour dénoncer les décisions politiques qui conduisent à la dilapidation des ressources collectives. « La richesse est mal répartie, estime Jason Keays. Ça va vers des compagnies transnationales, on socialise les coûts et on privatise les profits », raconte cet employé de banque qui travaille au sein d'une division chargée de prévenir les fraudes par cartes de crédit.

Des manifestants ont installé un campement au centre-ville de Toronto Sur la pancarte : allusion au défi lancé en 1987 par le président américain d'alors, Ronald Reagan, au leader soviétique Mikhaïl Gorbachev à faire tomber le Mur de Berlin.  Photo :  PC/Chris Young

Campements en Europe

À Londres, des centaines de personnes ont campé dans les 70 tentes installées sur le parvis de la cathédrale Saint-Paul, au coeur du quartier des affaires.

« Nous allons rester aussi longtemps qu'il faudra pour que le gouvernement nous entende et dise qu'il va changer les choses" » a déclaré Spyro Van Leemnen, 27 ans, un des représentants du mouvement Occupy London Stock Exchange. Selon lui, les rassemblements dans la capitale britannique et partout dans le monde « sont un premier pas » vers l'objectif de « démocratiser le système financier ».

La place de la Bourse d'Amsterdam, aux Pays-Bas, s'est aussi transformée en campement pour des indignés qui y ont dressé une cinquantaine de tentes.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook