Les voisins de Saint-Léonard

Le reportage de Marie-Maude Denis

Exclusif - Radio-Canada a appris que des proches de la mafia, des dirigeants de la FTQ et Tony Accurso ont acheté des condos dans une tour financée par un prêt illégal qui a été fait à la caisse des travailleurs d'un syndicat de la FTQ-Construction.

Radio-Canada a appris que des proches de la mafia, des dirigeants de la FTQ et l'homme d'affaires Tony Accurso ont acheté des condos dans une tour financée par un prêt illégal. Ce prêt a été fait à même la caisse des travailleurs d'un syndicat de la FTQ-Construction.

Les 21 condos de l'immeuble du 6650, boulevard Couture, à Saint-Léonard, ont été construits en 2004 par Jan Pompura. Tout juste avant de démarrer le projet, M. Pompura était vice-président chez Marton, l'entreprise de Tony Accurso.

La moitié des condos a été vendue à des dirigeants de la FTQ-Construction et à des membres de leur famille, dont Jocelyn Dupuis, alors directeur général de la FTQ-Construction, sa fille et son frère Serge Dupuis, lui aussi à la direction du syndicat. On retrouve aussi Yves Bourassa, président du Syndicat des travailleurs unis du Québec (STUQ), affilié à la FTQ, Robert Cordileone, qui était à la FTQ-Construction, et le trésorier Eddy Brandone, sa femme, ses deux filles et son gendre.

Tony Accurso a acheté cinq condos dans la tour.

« Les liens nombreux entre les différents individus, ça suggère tout de suite le privilège, le favoritisme. Je dirais, pour faire une image, c'est un condo d'arrangements », affirme l'expert en crimes financiers Michel Picard.

D'autres acheteurs ont attiré notre attention. Entre 2004 et 2010, une dizaine de propriétaires étaient des proches de la mafia. En leur nom propre ou au nom de membres de leur famille, on retrouve Antonio Pietrantonio, Liborio Manno, Giuseppe Colapelle, des proches de Vito Rizzuto. Giuseppe Bertolo, trésorier d'une entreprise de décontamination liée de plusieurs façons à la mafia, a aussi été propriétaire d'un condo.

Un prêt illégal

Le coeur de cette affaire, c'est que la construction de l'immeuble a été financée à 100 % par la FIPOE, la Fraternité interprovinciale des ouvriers en électricité.

Le syndicat, dirigé par Jean Lavallée, qui était en même temps président de la FTQ-Construction, a ainsi prêté 3,75 millions de dollars de l'argent de ses travailleurs au promoteur Jan Pompura. Le prêt a été remboursé en deux ans.

« C'est illégal. Ce n'est pas criminel, mais ce n'est pas permis par la Loi sur les syndicats professionnels. Ce n'est simplement pas quelque chose qui rentre dans le cadre de la mission d'un syndicat, tel que défini par la loi », estime François Longpré, avocat spécialiste en droit du travail.

Le syndicat a assuré que c'était un excellent placement qui a rapporté 12 % d'intérêts, sauf que ses dirigeants n'ont jamais voulu montrer à Radio-Canada les documents qui confirment leurs prétentions.

D'après un reportage de Marie-Maude Denis, dont la version intégrale sera diffusée à l'émission Enquête, jeudi à 20 h HNE.

En complément

Facebook