Les Hells Angels mêlés à une élection

Jocelyn Dupuis Jocelyn Dupuis

La FTQ-Construction est de nouveau plongée dans la controverse. Après avoir révélé le scandale des comptes de dépenses faramineux de l'ancien directeur général du syndicat Jocelyn Dupuis, Radio-Canada a découvert que l'élection pour assurer sa succession, en novembre dernier, a été manipulée avec l'aide des Hells Angels.

Exclusif - Radio-Canada a découvert que l'élection du nouveau directeur général de la FTQ-Construction a été manipulée avec l'aide des Hells Angels.

Le 12 novembre dernier, à Laval, les 122 délégués des syndicats affiliés à la FTQ-Construction ont voté pour choisir les successeurs de leur président Jean Lavallée et de leur directeur général Jocelyn Dupuis. M. Lavallée a pris sa retraite, tandis que Jocelyn Dupuis a été forcé de partir en raison de ses notes de frais extravagantes.

Anciens amis, les deux hommes qui régnaient sur le plus gros syndicat de la construction au Québec depuis plus d'une décennie étaient à cette époque en guerre ouverte. Voulant conserver leur mainmise sur le syndicat, ils se sont affrontés par candidats interposés pour le poste de directeur général.

Le candidat de Jean Lavallée était Bernard Girard. Le favori de Jocelyn Dupuis était Richard Goyette. Mais un troisième candidat au poste de DG, Dominic Bérubé, est venu mêler les cartes dans cette élection qui s'annonçait extrêmement serrée.

Des contacts dans le crime organisé

Radio-Canada a appris que Jocelyn Dupuis, qui est ami avec le membre des Hells Angels Normand Casper Ouimet et le caïd de la mafia Rénald Desjardins, a fait appel à un autre de ses contacts du crime organisé. Il a demandé à Jacques Israël Émond, l'un des Hells les plus puissants au pays, de convaincre Dominique Bérubé de retirer sa candidature et de voter pour le candidat de Jocelyn Dupuis.

Richard Goyette, directeur général de la FTQ-Construction. Richard Goyette, directeur général de la FTQ-Construction.

Le sort de l'élection a été scellé lors d'une rencontre au restaurant, six jours avant le vote. Est-ce que Dominique Bérubé a reçu des menaces ou des promesses de Jacques Israël Émond? « Je n'ai pas d'affaire à parler de rien », a répondu celui-ci à Radio-Canada.

Quoi qu'il en soit, le jour du vote, Dominique Bérubé a effectivement retiré sa candidature et Richard Goyette, le candidat de Jocelyn Dupuis, a été élu par deux voix de majorité. Un actuel dirigeant du syndicat a même remercié Jacques Israël Émond de son coup de main pour le vote.

Selon les sources de Radio-Canada, Jocelyn Dupuis s'est ensuite vanté qu'il pourrait continuer à contrôler la FTQ-Construction.

Richard Goyette a refusé d'accorder une entrevue à Radio-Canada, mais a tout de même affirmé qu'il n'était pas au courant de la manipulation derrière son élection.

D'après un reportage de Marie-Maude Denis, dont la version intégrale sera présentée jeudi à l'émission Enquête.

En complément

Facebook