Dormir juste assez d'heures réduirait le risque d'AVC

La Presse Canadienne
Instaurer le mouvement dans sa routine de travail, un avantage. Instaurer le mouvement dans sa routine de travail, un avantage.  Photo :  iStockphoto

Dormir entre sept et huit heures par nuit et faire entre 30 et 60 minutes d'activité physique de 3 à 6 fois par semaine peuvent grandement réduire le risque d'accident vasculaire cérébral (AVC) chez l'adulte, démontre une nouvelle étude.

Les chercheurs tirent ces conclusions d'une analyse informatique de la santé, du mode de vie et d'autres facteurs de quelque 300 000 adultes. Près de la moitié des sujets étaient âgés de 45 ans et plus.

Les chercheurs ont constaté que les participants qui dormaient 7 ou 8 heures par nuit réduisaient leur risque d'AVC de 25 %.

En revanche, les grands et les petits dormeurs augmentaient leur risque d'AVC. Ce risque augmentait de 22 % chez ceux qui dormaient moins de 7 heures par nuit et de 146 % chez ceux qui dormaient plus de 8 heures par nuit.

La réduction la plus importante a été mesurée chez les sujets qui dormaient 7 ou 8 heures par nuit, mais qui faisaient aussi entre 30 et 60 minutes d'activité physique vigoureuse - comme la marche, la natation, le cyclisme et le jardinage - de 3 à 6 fois par semaine.

Les conclusions de cette étude ont été présentées lors d'une conférence internationale de l'American Stroke Association.