Partager la science en français

Charles Tisseyre et Yanick Villedieu

C'est la Semaine des sciences de Radio-Canada! La science en français se donne rendez-vous au congrès de l'ACFAS, qui se tient du 24 au 29 mai à Rimouski. Tout au long de la semaine, découvrez l'actualité scientifique francophone sur ICI.Radio-Canada.ca. 

Un texte de Charles Tisseyre Courriel et de Yanick Villedieu TwitterCourriel

On se demande souvent pourquoi les scientifiques francophones du Québec et du Canada publient leurs études en anglais plutôt qu'en français. La raison, en fait, est tout à fait logique.

C'est que la langue de communication de la science à travers le monde est l'anglais. Si un scientifique allemand, japonais, chinois, français ou québécois veut que tous les collègues qui oeuvrent dans sa discipline soient mis au courant rapidement des avancées de ses recherches, il se doit de publier dans la langue de Newton, pas dans celle de Pasteur.

Les émissions Les années lumière et Découverte sont à RImouski pour vous faire part des dernières percées scientifiques.

Dans les congrès internationaux, le scientifique voudra aussi faire sa présentation orale en anglais pour que de nombreux chercheurs puissent comprendre ses travaux, et l'interroger dans une langue que tous pourront comprendre.

En revanche, dans leurs pays respectifs, les chercheurs aiment, et se font même un devoir de communiquer dans leur langue maternelle les résultats de leurs travaux à leurs concitoyens.

C'est là, entre autres, la vocation de l'ACFAS, l'Association francophone pour le savoir, qui tient son 83e congrès annuel. Pendant cinq jours, l'Université du Québec à Rimouski, l'université hôtesse, le Cégep de Rimouski et l'Institut maritime du Québec accueillent des milliers de scientifiques.

Sous le thème « Sortir des sentiers battus » le Congrès présente pas moins de 2500 communications scientifiques présentées par des chercheurs, des professeurs et des étudiants de la francophonie.

Parmi les thèmes abordés, notons :

  • L'exploration et l'exploitation des hydrocarbures dans le golfe du Saint-Laurent : sommes-nous prêts?
  • La présence de nanoparticules dans le fleuve et leur impact sur ses écosystèmes
  • L'état de santé du krill, source de nourriture des baleines de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent
  • Les grandes algues marines et l'Atlantique Nord : leur potentiel nutritif et thérapeutique
  • Le savoir traditionnel et les connaissances scientifiques dans le Grand Nord : la collaboration entre les chercheurs du sud et les communautés inuites
  • Les nouveaux usages des psychotropes : entre thérapeutique et récréatif


Et il y aura aussi toutes sortes d'activités pour le grand public, telles que :

  • L'enregistrement devant public de l'émission spéciale « ACFAS » des Années lumière, le jeudi 28 mai, à midi;
  • Le Bar des sciences des Années lumière consacré au thème : Pétrole, la goutte qui fait déborder le fleuve? Le jeudi à 18 h 30;
  • Le vernissage de l'exposition « La preuve par l'image » qui aura lieu à La Galerie d'Art Léonard-Parent de Rimouski, le lundi 25 mai, à 12 h. On pourra y admirer les 20 images finalistes de ce concours.

C'est donc un rendez-vous à la Semaine des sciences de Radio-Canada, qui vous sera présentée tous les jours à la télé, à la radio et sur le web.

Le 83e Congrès de l'ACFAS en bref

  • La plus grande rencontre scientifique multidisciplinaire du monde francophone
  • 3500 chercheurs
  • 300 participants viennent d'une trentaine de pays autres que le Canada
  • 2500 communications scientifiques livrées par des chercheurs, professeurs et étudiants