Cancers du sein, des ovaires et de la prostate : percée majeure

Le reportage de Michel Rochon

Pas moins de 49 nouvelles variations génétiques impliquées dans le risque génétique de développer des cancers à facteurs hormonaux, comme ceux du sein, des ovaires et de la prostate, ont été identifiées lors d'une étude internationale à laquelle ont participé de nombreux généticiens québécois.

Cette percée permet de pratiquement tripler le nombre des variations connues jusqu'à maintenant. C'est l'interaction de ces variations génétiques avec d'autres facteurs de risque liés à l'environnement et aux habitudes de vie qui est impliquée dans la grande majorité des cas de cancer du sein dans la population générale.

Les chercheurs comparent cette percée à la découverte des « fautes d'orthographe » dans l'ADN liées au cancer du sein. Ces « fautes », qui correspondent aux variations génétiques, sont directement impliquées dans le risque de développer cette maladie.

La moitié des échantillons de cette étude, soit plus de 100 000, ont été analysés à Montréal sous la direction du Dr Jacques Simard du Centre d'innovation Génome Québec.

Cette découverte pourrait mener à la création d'un test diagnostique de salive d'ici quatre ans. Elle permettra de mieux dépister les facteurs de risque.

« Grâce à la quantité d'information génétique mise en lumière dans cette étude, on peut dire qu'il s'agit d'une des plus grandes percées en ce qui concerne les facteurs de risques génétiques de cancer du sein depuis ces dernières années. » — Dr Jacques Simard

Les résultats sont publiés dans une série d'articles parus dans les revues Nature et PloS.

Un investissement de 1,5 million de dollars de la Fondation du cancer du sein du Québec a été crucial pour permettre aux chercheurs québécois d'intégrer ce consortium international.

Le saviez-vous? La médecine savait depuis quelques années déjà que des mutations dans les gènes BRCA 1 et 2 prédisposent au cancer du sein chez les femmes de moins de 50 ans. La présente découverte s'applique à tous les groupes d'âge et pourrait toucher 12 % de tous les cas de cancer.
Le cancer du sein au Canada* On estime à 22 700 le nombre de femmes qui recevront un diagnostic de cancer du sein et à 5100 le nombre de celles qui en mourront en 2012. On estime également que 200 hommes recevront un diagnostic de cancer du sein et que 55 en mourront.
Le cancer de l'ovaire au Canada* Chaque année, il est diagnostiqué chez plus de 2600 Canadiennes et 1750 femmes en meurent.
Le cancer de la prostate au Canada* On estime à 26 500 le nombre d'hommes qui recevront un diagnostic de cancer de la prostate et à 4000 le nombre de ceux qui en mourront.

*Statistiques de la Société canadienne du cancer

Facebook