Des perchaudes exposées aux anxiolytiques

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Une perche européenne Une perche européenne  Photo :  Bent Christensen

Le comportement des poissons exposés à des médicaments réducteurs d'anxiété, communément appelés tranquillisants, se modifie notablement.

Des chercheurs suédois de l'Université d'Umea ont montré que ces poissons sont plus voraces et deviennent plus audacieux, plus téméraires et moins sociaux que les autres.

Des résidus médicaments pharmaceutiques peuvent se retrouver dans les voies d'eau autour des villes et perturber l'écosystème.

L'écologiste Thomas Brodin et ses collègues ont constaté que des perches européennes qui absorbent des doses d'anxiolytique oxazépan équivalentes à celles trouvées dans les cours d'eau en zones urbaines en Suède sont plus audacieuses et plus voraces.

« Les perches qui ont avalé de l'oxazépam osaient s'éloigner de leur refuge pour explorer de nouveaux lieux potentiellement dangereux pour elles. » — Thomas Brodin

De plus, elles sont aussi devenues asociales, se tenant à l'écart des autres perches. Elles s'exposent ainsi à de plus grands risques d'être dévorées par un prédateur.

Ces poissons avaient emmagasiné dans leurs tissus musculaires des concentrations d'oxazépam comparables à celles des perches dans la nature.

Dans ces travaux, les perches qui n'ont pas été exposées à ce médicament restaient cachées dans leur abri, un comportement normal pour ce poisson plutôt timide.

Les chercheurs extrapolent leurs résultats aux milieux naturels. Selon eux, il est très probable que les perches suédoises, dont beaucoup sont exposées à ces résidus d'oxazépam, voient leur comportement changer.

Cette réalité pourrait affecter l'équilibre des espèces aquatiques et entraîner des changements écologiques, comme une prolifération d'algues.

Des études plus étendues seront toutefois nécessaires avant de conclure sur la façon dont ces changements de comportement peuvent affecter les écosystèmes.

Le détail de ces travaux est publié dans le magazine Science.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

info en continu

Facebook