Un lien génétique pour la calcification de l'aorte

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Un coeur  Photo :  iStockphoto

L'existence d'un lien génétique associé à la calcification de l'aorte a été établie par une équipe de recherche nord-américaine à laquelle participe l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill.

Les chercheurs ont découvert une variation génétique qui double le risque de sténose aortique, la forme la plus courante des maladies cardiovasculaires touchant les valves du cœur.

Cette maladie cardiaque frappe plus de 5 millions de personnes sur le continent. Elle se manifeste principalement chez des personnes âgées de plus de 60 ans. Cette maladie est due à une calcification et à un rétrécissement de la valvule aortique, qui empêche le sang de circuler entre le cœur et le reste du corps, entraînant ainsi une douleur thoracique, une perte de connaissance et de l'essoufflement.

Dans les pires cas, certaines personnes doivent subir une chirurgie de remplacement de la valve aortique. Il n'existe actuellement aucun traitement médical pour prévenir cette maladie ou pour réduire la nécessité de subir un remplacement de la valve aortique.

Les auteurs de ces travaux publiés dans le New England Journal of Medicine ont examiné 2,5 millions de variantes génétiques chez plus de 6900 personnes d'origine européenne.

« Il s'agit d'une percée importante dans la compréhension de la biologie du développement de cette maladie et de la manière dont cette variation génétique courante, trouvée dans 7 % de la population, contribue à ce risque. » — Dr Wendy Post, cardiologue et professeur de médecine à l'Université Johns Hopkins

Ils ont déterminé que cette variation dans le gène LPA, qui code la production d'un type de particule de cholestérol appelée lipoprotéine, est fortement liée à la calcification de la valve aortique.

« Les niveaux élevés de ce type de cholestérol sont prédits par le bagage génétique de l'individu et peu influencés par le mode de vie de la personne ou par d'autres facteurs extérieurs. » — Dr George Thanassoulis, Université McGill

La lipoprotéine est une particule de cholestérol qui circule dans le sang et accroît le risque d'infarctus.

La médecine avait déjà établi qu'une augmentation des niveaux de lipoprotéine était liée à la calcification de la valve aortique, mais les études précédentes ne pouvaient pas indiquer s'il s'agissait simplement d'un marqueur de la maladie ou de sa cause.

Les autres facteurs de risque pour la calcification de la valve aortique sont :

  • l'âge avancé
  • l'hypertension artérielle
  • l'obésité
  • des niveaux élevés de cholestérol
  • le tabac

En outre, les hommes courent plus de risque de développer la maladie.

Les chercheurs espèrent que ces travaux mèneront à la mise au point de médicaments ciblés capables de ralentir la progression de la maladie valvulaire et la réduction des besoins de chirurgie de la valve aortique.

Le saviez-vous?

Les statines, médicaments les plus utilisés pour abaisser le taux de cholestérol (forme courante) qui bloque les artères, ne réduisent pas le taux de lipoprotéine et ne préviennent pas la calcification de la valve aortique.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.