Le sperme à l'heure de grande écoute

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Représentation de la «course » des spermatozoïdes Représentation de la «course » des spermatozoïdes  Photo :  iStockphoto

Les jeunes hommes qui passent plus de 20 heures par semaine devant leur télévision présentent une qualité de sperme inférieure à ceux qui ne la regardent pas, montre une étude américaine.

Le Dr Jorge E Chavarro et ses collègues de l'école de santé publique de l'Université Harvard ont analysé les échantillons de sperme de 189 jeunes hommes de 18 à 22 ans qui ont aussi répondu à un questionnaire exhaustif sur leur mode de vie.

Contexte
La qualité du sperme diminue depuis quelques années en Occident, mais les raisons de ce déclin ne sont pas clairement établies. De précédents travaux n'ont pas réussi à montrer clairement un impact de l'activité physique sur les caractéristiques du sperme. L'objectif des présents travaux était d'évaluer la relation entre l'activité physique, la télévision et la qualité du sperme d'une population de jeunes hommes en bonne santé.

Deux grandes lignes se dégagent des travaux :

  • le groupe qui passait plus de 20 heures à regarder la télévision avait une concentration de spermatozoïdes de 44 % inférieure au groupe qui passait le moins de temps devant la télé.
  • Les hommes qui font de l'exercice pendant 15 heures ou plus par semaine ont une concentration de spermatozoïdes 73 % plus élevée que ceux qui font moins de cinq heures d'exercice par semaine.

Les auteurs affirment que dans tous les cas analysés, malgré les variations de sperme, les concentrations étaient suffisantes pour permettre de concevoir un enfant.

Le détail de ces travaux est publié dans le British Journal of Sports Medicine.

Le saviez-vous?
Les spermatozoïdes ont été décrits pour la première fois dans les années 1600 par un scientifique néerlandais reconnu pour ses améliorations au microscope. Un éjaculât, qui correspond de 2 à 6 ml de sperme, contient de 39 à 75 millions de spermatozoïdes.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.