Suivre un régime, comme un sevrage de drogue

Une frite  Photo :  iStockphoto

Le fait de suivre un régime peut provoquer des symptômes similaires à ceux observés lors d'un sevrage de drogue, montrent des travaux menés à l'Université de Montréal.

La Dre Stéphanie Fulton et ses collègues de l'Université de Montréal affirment que la consommation de nourriture grasse et sucrée occasionne des modifications chimiques dans le cerveau même.

« En travaillant avec les souris, dont le cerveau est comparable à bien des égards à celui des humains, nous avons découvert que la neurochimie des animaux ayant consommé des aliments à teneur élevée en gras et en sucre était différente de celle des animaux ayant bénéficié d'une alimentation saine. » — Dre Stéphanie Fulton

L'étude

Des rongeurs nourris d'aliments à teneur élevée en gras ont montré des signes de dépression et d'anxiété lors d'un changement de régime comparativement à d'autres qui ont été nourris avec des aliments à faible teneur en gras. Par exemple, ceux du premier groupe évitaient les espaces ouverts.

Un changement de régime peut donc causer des symptômes de sevrage et une sensibilité accrue aux situations stressantes, concluent les chercheurs.

De plus, il a été démontré que leurs cerveaux étaient physiquement modifiés par leur expérience.

Selon la Dre Fulton, il est intéressant de constater que ces changements se produisent avant l'apparition de l'obésité.

« Ces résultats ébranlent notre compréhension de la relation entre l'alimentation, le corps et l'esprit. Ils donnent matière à réflexion sur la façon dont nous pouvons soutenir psychologiquement les personnes qui cherchent à adopter de saines habitudes alimentaires, peu importe leur corpulence. » — Dre Stéphanie Fulton

Les auteurs de cette étude publiée dans l'International Journal of Obesity affirment que c'est ainsi que naît le cercle vicieux des mauvaises habitudes alimentaires.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

info en continu

Facebook