L'avantage de la bisexualité chez le molly taupe

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Deux poissons de l'espèce Poecilia reticulata, cousine plus flambloyante de la Poecilia mexicana Deux poissons de l'espèce Poecilia reticulata, cousine plus flambloyante de la Poecilia mexicana  Photo :  iStockphoto

Certains comportements homosexuels semblent augmenter les chances de reproduction de certains mâles, du moins chez le molly taupe (Poecilia mexicana), un poisson proche cousin des guppys, bien connus des aquariophiles.

Des biologistes allemands de l'Université de Francfort expliquent que, dans cette espèce, la femelle préfère habituellement les mâles imposants et dominants aux couleurs étincelantes. Les observations montrent que ces mâles veillent jalousement sur leur banc de femelles et repoussent agressivement les rivaux maigrichons qui tentent de nager dans « leurs platebandes ».

Les présents travaux ont montré que mesdames molly taupe craquent également pour les coureurs de jupons. Le Dr David Bierbach et ses collègues ont constaté qu'elles avaient tendance à observer les activités sexuelles de leurs voisines pour tenter de copuler avec leurs partenaires.

Selon les chercheurs, ce comportement appelé suivisme aiderait les femelles à juger des capacités reproductrices d'un partenaire sans avoir cherché un candidat à la paternité. Autrement dit, elles se serviraient des autres femelles pour passer des pré-entrevues.

Le Pr Bierbach et son équipe se sont aussi interrogés sur cet intérêt des femelles pour les mâles sexuellement actifs et sur l'existence des pratiques homosexuelles chez les mâles moins robustes.

Ils ont ainsi établi que l'attirance des femelles augmentait après avoir observé un mâle titiller les organes d'un de ses camarades, qu'il s'agisse d'une femelle ou d'un autre mâle.

Les observations montrent que les femelles molly sont tout à fait conscientes lorsqu'un mâle a des contacts avec un autre mâle. Les chercheurs estiment que cela n'a tout simplement aucune importance pour elles.

« Ce comportement homosexuel est régulièrement observé chez les petits mâles Poecilia mexicana, nous présumons donc qu'il s'agit d'une tactique utilisée par les mâles non dominants pour contourner la préférence intrinsèque des femelles envers les grands mâles dominants et colorés. » — Auteurs

Selon eux, le phénomène observé chez les poissons pourrait également expliquer certains comportements bisexuels observés chez les mâles de plusieurs espèces grégaires, notamment chez l'humain.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Biology Letters .

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Facebook