Le chien, renifleur de cancer

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Le nez d'un chien  Photo :  iStockphoto

La gent canine est particulièrement douée pour détecter les cancers du poumon, montrent les résultats d'une étude réalisée en Autriche.

Cette capacité liée à leur odorat particulièrement développé pourrait représenter un espoir de diagnostic précoce de la maladie, mais le chien a toutefois de la compétition, puisque quelques équipes travaillent déjà à la mise au point d'un nez électronique détecteur de tumeurs du poumon.

Les tests réalisés par le Dr Peter Errhalt, de l'hôpital de Krems, montrent quand même que des chiens ont détecté, avec un taux de réussite de 70 %, des personnes qui étaient atteintes d'un cancer du poumon parmi 120 échantillons d'haleine.

Les auteurs veulent maintenant mener des tests sur un groupe plus large de 1200 personnes.

Des chercheurs israéliens travaillent depuis 2009 sur la création d'un simple test de l'haleine, du même type qu'un alcootest, qui permet de détecter les cancers du poumon, du sein, des intestins et de la prostate.

Une équipe italienne tente également de développer un test.

La médecine sait depuis quelques années que certains des composés organiques volatils contenus dans l'haleine sont altérés chez les personnes atteintes d'un cancer.

Le saviez-vous?

Le contact avec un chien permet également aux bébés d'attraper moins d'infections de l'oreille et d'affections respiratoires que ceux dont les domiciles n'abritent aucun animal.