Une vie de homard

Un homard Un homard  Photo :  iStockphoto

Pour la première fois, des scientifiques ont réussi à déterminer l'âge d'un homard en comptant ses anneaux, comme pour un arbre. Leur étude est publiée ce mois-ci dans le Journal canadien des sciences halieutiques et aquatiques.

Le fait de pouvoir déterminer l'âge du homard et non de le deviner aidera les scientifiques à mieux comprendre l'espèce et à réguler leur commerce très lucratif.

Pour Raouf Kilada, chercheur associé à l'Université du Nouveau-Brunswick et l'un des principaux auteurs de l'étude, le fait d'avoir une information sur l'âge de toute espèce commerciale pourra vraiment aider à évaluer les stocks et à assurer la continuité de l'espèce.

Avant cette découverte, les scientifiques déduisaient l'âge des homards en fonction de leur taille et d'autres variables. Mais ils savent désormais que les homards, tout comme les crabes et les crevettes, prennent un anneau par année dans des parties internes de leur organisme.

L'âge des poissons était déjà évalué en comptant les anneaux dans la partie osseuse de l'intérieur de l'oeil, les requins, en comptant les anneaux sur leur colonne vertébrale, et les coquilles Saint-Jacques et les palourdes, en fonction des anneaux présents sur leur coquille.

Les crustacés posaient un problème du fait de l'absence apparente de structures permanentes. On pensait qu'au moment de leur mue, les homards perdaient les parties calcifiées de leur organisme qui permettaient de compter leurs anneaux.

Les scientifiques ont en fait découvert que ces anneaux se trouvaient dans leur pédoncule oculaire, cette longue tige qui porte leur globe oculaire. Pour trouver ces anneaux, les chercheurs ont disséqué ces pédoncules et les ont découpés, pour ensuite les observer au microscope.

Les homards ne perdent pas leurs facultés reproductives ni leurs autres fonctions organiques avec l'âge et ne montrent aucun signe de vieillissement, mais personne ne sait exactement combien de temps ils peuvent vivre.

Susan Waddy, une chercheuse spécialisée dans le homard au ministère canadien des Pêches et Océans, a souligné qu'elle avait gardé des homards dans son laboratoire pendant plus de 30 ans. Elle pense qu'ils peuvent vivre entre 40 et 50 ans.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook