Champs électromagnétiques de radiofréquences : pas d'inquiétude, affirme une étude

Le reportage de Normand Grondin et l'entrevue avec Thomas Gervais de l'École polytechnique

Les intensités des champs électromagnétiques de radiofréquences mesurées au Québec se situent bien en deçà des normes canadiennes et internationales, montre une étude réalisée conjointement par l'École polytechnique de Montréal et le magazine Protégez-Vous.

Les chercheurs ont effectué des mesures à l'aide d'équipements calibrés par un organisme gouvernemental certifié au cours de l'été 2012 dans 23 demeures et 34 lieux publics (comme des parcs, des rues, des édifices de bureau) répartis dans plusieurs régions de la province.

Contexte

Depuis quelques années, de nombreux citoyens sont préoccupés par de possibles effets néfastes sur la santé de l'exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences, comme ceux qui sont émis par les appareils de communication sans fil ou les compteurs intelligents d'Hydro-Québec.

Les auteurs ont donc mesuré les champs des compteurs intelligents de nouvelle génération d'Hydro-Québec et de plusieurs appareils domestiques comme des fours à micro-ondes, des routeurs sans fil, des écrans d'ordinateur, des émetteurs de radio et de télévision et des téléphones portables.

Les données recueillies sur les compteurs corroborent celles publiées par Hydro-Québec. Ainsi, à environ 1 m de distance de l'appareil, la densité de puissance moyenne mesurée est de 0,00005 W/m2, ce qui est 130 000 fois plus faible que la norme.

D'autres conclusions :

compteur

  • La mesure ambiante la plus élevée recueillie dans les domiciles a été de 0,001 W/m2, ce qui est 2000 fois plus faible que la norme canadienne. La moyenne des mesures ambiantes maximales prises dans les maisons a été de 0,0002 W/m2, ce qui est 10 000 fois plus faible que la règle actuelle.
  • L'analyse de données montre que les endroits très peuplés exposent généralement à un plus grand rayonnement. Par exemple, les appartements et les condominiums recèlent une plus grande présence d'ondes de radiofréquences que les maisons unifamiliales. De plus, à quelques exceptions près, le rayonnement augmente lorsqu'on monte les étages et qu'on descend dans les sous-sols.
  • C'est à la base de l'antenne radio située au sommet du Mont-Royal que la mesure la plus élevée (0,12 W/m2) a été recueillie. À cet endroit, 75 % du signal mesuré provient de la radio FM. La norme nationale est fixée à une densité de puissance maximale de 2 W/m2. La mesure est donc 16 fois plus faible que la limite canadienne.
  • Dans les maisons, les fours à micro-ondes sont les appareils qui émettent le plus de radiofréquences. La moyenne des mesures était quand même 155 fois plus faible que la norme canadienne. Les résultats montrent qu'il n'y a pas de lien entre la puissance en watt telle que spécifiée par le fabricant et la densité de puissance mesurée. De plus, ni l'âge de l'appareil ni le fabricant ne semblent influencer les résultats.

En mai 2011, le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l'OMS a classé les champs électromagnétiques de radiofréquences comme peut‐être cancérogènes pour l'homme sur la base d'un risque accru de gliome, un type de cancer malin du cerveau, associé à l'utilisation du téléphone sans fil.

Le saviez-vous?

Un champ électromagnétique est le champ de force créé autour d'un courant électrique; il est constitué d'un champ électrique et d'un champ magnétique en angle droit l'un par rapport à l'autre. Les sources fréquentes de champs électromagnétiques sont les lignes électriques, les fils électriques dans les maisons, les appareils à moteur, les écrans d'ordinateur, les émetteurs de radio et de télévision et les téléphones portables. (OMS)

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook