L'ocytocine, recette de la fidélité masculine?

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Une femme et un homme  Photo :  iStockphoto

Une hormone présente naturellement dans le corps aide les hommes en couple à rester fidèles, affirment des chercheurs de l'Université de Bonn, en Allemagne.

Cette hormone est déjà utilisée sous forme de médicament pour augmenter les contractions des femmes qui accouchent. Elle est aussi connue pour jouer un rôle important dans l'attachement parental.

Ainsi, le Dr Dirk Scheele et ses collègues de l'Université de Bonn ont montré que les hommes en couple à qui l'on administrait de l'ocytocine gardaient une plus grande distance face à une femme inconnue qu'ils trouvaient attirante que les hommes sous placebo. Chez les célibataires, l'hormone n'a fait aucune différence.

L'ocytocine est produite dans une partie du cerveau appelée l'hypothalamus.

D'autres travaux avaient déjà démontré que cette substance chimique du cerveau stimulait et renforçait les liens au sein des couples chez les humains, mais aussi chez certains autres mammifères. De manière plus générale, l'ocytocine favorise la sociabilité.

Par exemple, une étude menée sur des campagnols des prairies avait déjà montré que l'ocytocine jouait un rôle-clé dans la fidélité monogame chez les animaux.

Ces travaux sont les premiers à montrer que l'ocytocine peut jouer un rôle similaire chez l'humain.

L'étude

L'équipe allemande a travaillé avec 86 hommes hétérosexuels âgés en moyenne de 25 ans. Un groupe de 57 hommes a reçu une dose d'ocytocine en vaporisateur nasal, tandis que les 29 autres ont reçu une simple solution salée.

Après 45 minutes, les hommes étaient présentés à une femme qualifiée d'attirante par les chercheurs. Ensuite, celle-ci devait s'approcher progressivement jusqu'à ce que l'homme dise quelle était la distance idéale entre eux.

L'hypothèse de départ était que les hommes sous ocytocine laisseraient la femme s'approcher plus près d'eux, puisque l'ocytocine augmente la confiance entre les gens. À la grande surprise des chercheurs, chez les hommes en couple, il s'est passé exactement le contraire. Ils maintenaient la distance idéale à environ 70 centimètres, contre 55 à 60 centimètres pour les célibataires et les hommes en couple ayant reçu le placebo.

Le détail de ces travaux est publié dans le Journal of Neuroscience.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Facebook