État végétatif, vraiment?

Radio-Canada avec BBC
Le compte rendu de Frédéric Nicoloff

Un Ontarien qui se trouve dans un état qualifié de neurovégétatif depuis plus d'une décennie a été en mesure de communiquer avec ses médecins et de leur dire qu'il ne souffrait d'aucune douleur physique.

Scott Routley, 39 ans, a subi un grave accident de voiture il y a 12 ans. À ce jour, les techniques d'évaluation traditionnelles ne permettaient pas de montrer qu'il était conscient ou capable de communiquer.

En fait, la médecine considère habituellement que les personnes dans un état végétatif n'ont aucune perception d'elles-mêmes ni du monde extérieur.

Des scientifiques de l'Université Western Ontario affirment aujourd'hui que l'homme répond aux questions qui lui sont posées.

« Scott nous a prouvé qu'il est conscient. Nous avons analysé plusieurs fois son activité cérébrale et nous pensons qu'il choisit clairement de répondre à nos questions. Nous croyons qu'il sait qui il est et où il se trouve. » — Dr Adrian Owen

Le Dr Adrian Owen et ses collègues ont enregistré l'activité cérébrale du patient pendant qu'on lui posait des questions.

L'équipe de recherche affirme que l'analyse de son activité cérébrale numérisée par imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle permet de saisir sa réponse à certaines questions.

Ce type d'imagerie mesure en temps réel l'activité cérébrale en suivant la circulation sanguine. Le Dr Owen explique que certaines tendances sont perceptibles lorsque le patient est interrogé. Selon le chercheur, cette activité montre un état de conscience.

C'est la première fois qu'un patient incapable de communiquer à la suite de lésions graves au cerveau donne des réponses cliniquement pertinentes à ses soins.

« Scott nous a prouvé qu'il est conscient. Nous avons analysé plusieurs fois son activité cérébrale et nous pensons qu'il choisit clairement de répondre à nos questions. Nous croyons qu'il sait qui il est et où il se trouve. » — Dr Adrian Owen

Les parents de Scott Routley ont toujours pensé qu'il était conscient et ils ont toujours affirmé qu'il pouvait communiquer en bougeant un doigt ou un oeil. Leur conviction n'avait toutefois jamais trouvé une oreille attentive auprès du personnel médical.

Un autre Canadien, Steven Graham, a aussi montré qu'il était capable de former de nouveaux souvenirs depuis sa blessure. Il répond oui quand on lui demande si sa soeur a une fille. Sa nièce est née après sa blessure, il y a cinq ans.

Ces travaux sont l'objet d'un documentaire présenté dans le cadre de la série Panorama diffusée par la BBC.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook