Cancer du foie : le rôle de l'hépatite C se précise

Le foie d'une femme

Le virus de l'hépatite C est bel et bien directement impliqué dans la transformation de cellules saines du foie en cellules cancéreuses, ont confirmé des chercheurs français.

Le Pr Jean-Michel Pawlotsky et ses collègues du Groupe hospitalier universitaire Albert Chenevier ont montré que ce virus conduit les cellules hépatiques à surexprimer un certain gène qui favorise l'apparition du cancer.

Le carcinome hépatocellulaire est la forme la plus fréquente du cancer du foie. La plupart des cas sont liés à une inflammation hépatique chronique et à une cirrhose.

Si ces deux facteurs favorisent la progression du cancer, les chercheurs estiment depuis quelques années déjà qu'ils ne sont probablement pas les principaux déclencheurs de la maladie, et ils soupçonnaient le rôle du virus de l'hépatite C.

Pour le déterminer, les chercheurs ont développé un modèle de souris transgénique capable d'exprimer toutes les protéines virales.

Ils ont ainsi établi que de nombreux phénomènes favorisaient le développement de cancers, comme :

  • la diminution de la mort cellulaire naturelle
  • des problèmes de réparation de l'ADN
  • une augmentation de la production de radicaux libres toxiques pour la cellule

Un gène en question

L'équipe française a ensuite découvert que ces phénomènes sont en fait liés à l'augmentation de l'expression du gène c-myc, impliqué dans l'apparition de nombreux autres cancers.

Or, chez des personnes infectées par le virus de l'hépatite C (avec ou sans cancer du foie), l'équipe a constaté une augmentation de l'expression de ce gène dans toutes les cellules hépatiques, tumorales ou non.

Chez les patients non infectés, cette réalité n'est observée que dans les cellules tumorales, et elle représente une conséquence du processus tumoral.

« Ces observations et nos données expérimentales confirment clairement le lien de cause à effet entre l'infection, la surexpression de ce gène et le carcinome hépatocellulaire. » — Pr Jean-Michel Pawlotsky

Ces travaux établissent donc, selon ses auteurs, que le virus de l'hépatite C est un facteur déclencheur du carcinome hépatocellulaire. Toutefois, le cancer a besoin d'autres processus pour se développer comme l'inflammation chronique locale et la cirrhose.

L'équipe du Pr Pawlotsky continue les recherches pour mieux cerner les mécanismes de cancérisation. Elle espère que ce travail permettra un jour de déterminer de nouvelles cibles thérapeutiques.

« Le meilleur moyen de prévenir le carcinome hépatocellulaire est de supprimer l'infection virale. De nouveaux antiviraux en développement vont dans ce sens. » — Pr Pawlotsky

Pas de bon augure

Un pic épidémique d'infections par le virus de l'hépatite C a été atteint dans les années 70-80.

Les médecins estiment qu'un carcinome hépatocellulaire se développe dans la plupart des cas après quelques dizaines d'années d'infection. Les autorités sanitaires prévoient donc un pic de cancers vers 2020, qui devrait ensuite décroître très lentement.

Le saviez-vous?

On estime qu'en 2012, il y aura 2000 nouveaux cas de cancer du foie au Canada.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.