L'alzheimer détecté 20 ans avant les premiers symptômes

À gauche, le cerveau d'une personne de 70 ans atteinte de l'alzheimer. À droite, le cerveau d'une personne de 70 ans qui ne présente aucune trace de la maladie. À gauche, le cerveau d'une personne de 70 ans atteinte de l'alzheimer. À droite, le cerveau d'une personne de 70 ans qui ne présente aucune trace de la maladie.  Photo :  Université de Washington

Des chercheurs américains ont réussi à détecter certains des premiers signes de la maladie d'Alzheimer plus de deux décennies avant que les symptômes physiques n'apparaissent.

La médecine considère que le traitement précoce de cette maladie neurodégénérative est vital pour éviter la détérioration des fonctions cognitives de la personne atteinte.

C'est que la démence n'apparaît que lorsque de nombreuses cellules du cerveau sont mortes. Parfois, des régions ont perdu jusqu'à 20 % de leurs cellules avant que la maladie ne devienne perceptible.

Le saviez-vous?

D'autres recherches avaient déjà permis d'établir que les premiers signes de l'alzheimer étaient perceptibles jusqu'à 10 à 15 ans avant les symptômes physiques. Une équipe californienne affirmait même en 2011 qu'un gène entraîne des dommages au cerveau 50 ans avant qu'une personne ne développe les symptômes.

L'étude

Le Dr Éric Reiman et ses collègues du Banner Alzheimer's Institute ont analysé les cerveaux d'une famille colombienne élargie prédisposée à développer une forme précoce de la maladie d'Alzheimer. Les membres de cette famille présentent une mutation qui est associée à un risque très élevé de développer dans la quarantaine la maladie qui apparaît habituellement après 75 ans.

L'examen du cerveau de 20 personnes âgées de 18 à 26 ans présentant cette mutation montre qu'il existe déjà des différences notoires avec ceux de 24 personnes qui n'étaient pas destinées à développer tôt la maladie.

En outre, le fluide dans lequel le cerveau et la moelle épinière se trouvent présentait des niveaux plus élevés d'une protéine appelée bêta-amyloïde, directement associée à l'alzheimer.

Les résultats de cette étude publiée dans la revue The Lancet Neurology pourraient, selon ses auteurs, permettre de retarder l'apparition des premiers symptômes en détectant la maladie dans le cerveau plus de deux décennies avant son apparition.

Le saviez-vous?

  • Une personne qui a un parent atteint de l'alzheimer risque deux ou trois fois plus de souffrir de cette maladie qu'une personne qui n'a pas ces antécédents familiaux.
  • Le nombre de cas d'alzheimer et de démences apparentées doublera dans les 20 prochaines années dans le monde, et passera de 35,6 millions actuellement à 65,7 millions en 2030.
  • Au Canada, le nombre de personnes touchées passera de 500 000 actuellement à 1 125 000 dans 30 ans.

En complément

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.