Botox contrefait : un fournisseur canadien mis en cause par les autorités américaines

Radio-Canada avec Associated Press
Injection de Botox Injection de Botox  Photo :  AFP/WIN MCNAMEE

L'organisme américain de contrôle des aliments et des médicaments a averti 350 cabinets médicaux que le Botox qu'ils auraient pu recevoir d'un fournisseur canadien n'était pas approuvé, et qu'il pourrait être de contrefaçon et dangereux à utiliser.

Dans une lettre envoyée le mois dernier et rendue publique cette semaine, la Food and Drug Administration (FDA) a expliqué qu'elle n'avait pas approuvé des lots de Botox envoyés par des fournisseurs appartenant à Canada Drugs et que l'agence ne pouvait donc pas garantir leur efficacité ou leur sécurité.

De son côté, Santé Canada a fait savoir par courriel, lundi, qu'il était au courant de cette lettre expédiée par la FDA et demeurait en contact avec l'organisme canadien tout comme la GRC.

Selon Santé Canada, il n'y aurait aucune indication indiquant que le produit aurait été vendu sur Internet aux Canadiens. L'agence gouvernementale a précisé qu'elle avait pris les mesures nécessaires pour contrôler le service de ventes en ligne en sensibilisant les fournisseurs de services.

Le Botox est un complexe protéique que l'on injecte à faibles doses « dans le but d'empêcher les muscles faciaux sous-jacents de se contracter et, du même coup, de réduire l'apparence des rides du visage », selon Santé Canada.

5e avertissement de la FDA

L'agence américaine avait déjà prévenu les médecins des dangers de l'achat de médicaments de fournisseurs autres que des pharmacies américaines détenant des permis.

L'avertissement de cette semaine est le cinquième lancé par la FDA cette année à propos de compagnies étrangères fournissant des médicaments non approuvés.

En février, la FDA a averti 19 cabinets médicaux concernant des médicaments contrefaits distribués principalement par Canada Drugs.

En octobre, la FDA a ordonné à des exploitants d'environ 4 100 sites Internet d'arrêter de vendre des médicaments non approuvés aux consommateurs américains. La vaste majorité de ces sites étaient opérés par Canada Drugs, dont le site était toujours actif vendredi.

Le distributeur de médicaments n'a pas répondu à une demande d'entrevue.


Associated Press