Sida : sur les traces d’une pandémie

VIH/sida : l'antirétroviral réduit le risque

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Pilule Gilead  Photo :  PC/AP Photo/Paul Sakuma

La prise quotidienne d'une pilule d'antirétroviral réduit de deux tiers le risque d'infection au VIH chez les hétérosexuels, montrent deux études menées en Afrique.

Cet effet « protecteur » avait déjà été établi chez les homosexuels, mais il devait encore être confirmé chez les hétérosexuels.

Une première étude, menée par les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis (CDC), a suivi 1200 hommes et femmes hétérosexuels non infectés au Botswana. Ils avaient reçu soit un comprimé de tenofovir/emtricitabine une fois par jour, soit un placebo. L'antirétroviral a réduit le risque de 63 % par rapport au groupe placebo.

La deuxième, menée par l'Université de Washington, a suivi 4758 couples hétérosexuels sérodifférents (l'un infecté, l'autre pas) au Kenya et en Ouganda. Les personnes non infectées prenaient soit du tenofovir, soit un mélange de tenofovir et d'emtricitabine, soit un placebo.

Dans le premier cas, le risque d'infection a été réduit de 62 % par rapport au groupe placebo, dans le deuxième, de 73 %.

« Cette percée scientifique majeure reconfirme le rôle essentiel que le traitement antirétroviral doit jouer dans la réponse au sida [...] Ces études peuvent nous aider à franchir un seuil dans la réponse à l'épidémie. » — Michel Sidibé, ONUSIDA

Les chercheurs estiment que la prise d'antirétroviraux dans la prévention est maintenant établie et qu'il faut la jumeler à d'autres méthodes, comme l'utilisation de préservatifs.

La précédente étude menée sur des couples d'hommes sérodifférents avait fait apparaître une réduction de 44 % de l'infection chez ceux qui prenaient un mélange de tenofovir/emtricitabine.

En mai, des essais cliniques menés aux États-Unis montraient que le fait de soumettre au plus tôt les personnes séropositives à un traitement d'antirétroviraux permettait de réduire de 96 % le risque de transmettre le VIH à leurs partenaires séronégatifs.

Le saviez-vous?

Environ la moitié des 33 millions de personnes qui vivent avec le VIH savent qu'elles sont séropositives.

En complément

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook