Une nouvelle chirurgie pratiquée à Montréal

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Graphique montrant le coeur dans le corps humain  Photo :  iStockphoto

Des chirurgiens de l'hôpital du Sacré-Coeur de Montréal (HSCM) sont parvenus jeudi à effectuer l'une des premières interventions cardiaques au moyen d'un cathéter à radiofréquence pour traiter le type d'arythmie le plus répandu dans le monde, la fibrillation auriculaire.

Des médecins ont réussi jeudi à Montréal l'une des premières chirurgies cardiaques à l'aide d'un cathéter à radiofréquence. Cette technologie serait plus sûre pour les patients souffrant d'arythmie et moins coûteuse.

L'ablation par cathéter à radiofréquence vise à éviter le battement rapide des cavités supérieures du coeur. En insérant un petit tube, on administre aux tissus cardiaques un courant électrique, ce qui isole et bloque les déclencheurs de la fibrillation auriculaire dans les veines pulmonaires qui conduisent le sang au coeur.

Le nouveau cathéter tridimensionnel utilisé à l'HSCM permet aux médecins de cibler une zone plus vaste, d'effectuer la procédure, de visionner le travail et de confirmer efficacement l'isolation des veines pulmonaires à l'aide d'un seul cathéter.

L'intervention implique moins de manipulation d'instruments, ce qui la rend donc plus rapide et moins invasive.

Marcio Sturmer, électrophysiologiste et chef du laboratoire d'électrophysiologie à l'HSCM, précise que l'introduction de cette nouvelle procédure devrait permettre d'effectuer davantage d'interventions et, ainsi, d'en accroître l'accès.

Sept millions de personnes dans le monde, dont 250 000 au Canada, souffrent de ce type d'arythmie. La fibrillation auriculaire peut entraîner un accident vasculaire cérébral (AVC) lorsqu'elle n'est pas traitée et provoquer des conséquences graves et irréversibles pour la personne atteinte.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook