Course à la direction du PQ : PKP encaisse les premières attaques

PKP interpellé par ses adversaires : reportage de Davide Gentile

Les cinq candidats à la direction du PQ ont tenu leur premier débat à l'Université de Montréal, qui a été dominé par la question de la souveraineté. Pendant ce premier face-à-face, Pierre Karl Péladeau a été interpellé sur la tenue d'un référendum et sur ses positions contre les syndicats.

Martine Ouellet, Alexandre Cloutier, Pierre Céré, Pierre Karl Péladeau et Bernard Drainville se sont affrontés pour la première fois, en l'absence de Jean-François Lisée, qui s'est retiré de la course. Après des interventions plutôt unanimes sur la nécessité de mieux financer l'éducation et d'endiguer le décrochage scolaire, les prétendants à la direction du PQ se sont lancés dans de vifs échanges sur la souveraineté.

Cet événement ne fait pas partie des « débats officiels », qui, eux, auront lieu une fois que la course à la direction sera lancée, le 4 février.

Pierre Karl Péladeau, qui intervenait par vidéoconférence depuis Baie-Comeau, a rappelé que son choix de faire de la politique était motivé principalement par sa volonté de faire du Québec un pays. S'il est élu chef, il compte consacrer les trois prochaines années à promouvoir la souveraineté et à la décliner dans toutes ses facettes.

Interrogé par Bernard Drainville sur son intention de tenir ou pas un référendum lors d'un premier mandat, M. Péladeau n'y a pas répondu clairement, se contentant de dire qu'il faut vaincre la peur.

Bernard Drainville a estimé qu'il faut créer les conditions gagnantes, au lieu de les attendre. Il a souligné que le PQ doit se positionner clairement sur la tenue d'un référendum dans un premier mandat en 2018, à la prochaine campagne électorale, en fonction des appuis à cette option. D'ici là, il compte travailler sur un projet de livre blanc de la souveraineté avec un groupe de travail diversifié.

Pour sa part, Martine Ouellet a évoqué une démarche « claire et transparente » et propose de documenter dès maintenant les enjeux liés à la souveraineté, dont la question des pensions qui a été un argument de peur lors des derniers référendums, selon elle.

Elle a prôné la tenue d'un référendum dès un premier mandat péquiste. L'indépendance ne peut plus attendre, a-t-elle dit, car dans le contexte de la mondialisation elle voit mal le Québec représenté, par exemple dans des forums internationaux sur l'environnement, par le Canada, qui est « le pays le plus pourri de la planète ».

Alexandre Cloutier est d'avis qu'il faut s'atteler vite à la « tâche colossale ». Dès l'élection du nouveau chef, il veut qu'un dollar sur deux soit dédié au projet d'indépendance. Il a proposé aussi une « constitution actuelle et transitoire » et un grand exercice d'explication de la souveraineté pour « rassurer les gens » qui ont peur. Pour ce faire, il a suggéré la constitution d'un registre d'un million de personnes qui vont être des ambassadeurs de l'option souverainiste.

Enfin, Pierre Céré a déploré que le Québec soit « le seul coin en Amérique qui n'a pas achevé son processus d'indépendance ». Il préconise une démarche proactive qui consiste notamment à aller au contact de la population. D'après lui, un gouvernement péquiste devrait ouvrir rapidement des négociations avec Ottawa pour avoir des pouvoirs accrus. Et si le gouvernement fédéral n'y répond pas favorablement, il opterait pour un référendum avec une question simple : « voulez-vous que le Québec devienne un pays? ».

Péladeau interpellé sur ses positions antisyndicales

Pierre Karl Péladeau a été visé une deuxième fois par Alexandre Cloudier, qui a rappelé son opposition à la formule Rand, sur le prélèvement systématique de cotisations syndicales par les employeurs.

Celui qui est présenté comme le meneur de la course s'est défendu en expliquant qu'il était dans une situation différente à l'époque, en 2010. Il a rapidement esquivé le sujet, préférant parler de création d'emplois et d'entreprises. 

Notre dossier