« L'austérité, une histoire d'horreur » pour des milliers de manifestants

Manifestation contre l'austérité : reportage de Catherine Kovacs

Des milliers de manifestants ont envahi les rues de Montréal pour dénoncer les mesures d'austérité imposées par le gouvernement de Philippe Couillard au nom du déficit zéro. Profitant de cette journée d'Halloween, les manifestants, dont plusieurs étaient déguisés, ont utilisé le slogan « L'austérité : une histoire d'horreur ».

Ils répondaient ainsi à l'appel de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation qui est à l'origine de la manifestation. La manifestation s'est amorcée devant les bureaux du premier ministre, en fin d'avant-midi, pour se terminer devant le club select 357C.

Des manifestants de l'Outaouais, de l'Abitibi, de la Mauricie et de l'Estrie, notamment, s'étaient rendus à Montréal pour se joindre à la contestation. 

Un détachement de protestataires a décidé de faire durer le plaisir en prolongeant un temps la manifestation. Ce noyau dur a notamment emprunté la rue Saint-Laurent en direction sud. Des automobilistes ont klaxonné devant les manifestants, mais il est impossible de déterminer s'ils s'agissaient d'un message de soutien ou un signe d'exaspération. Les policiers ont continué d'encadrer les manifestants, l'hélicoptère de la SQ surveillant la scène du haut des airs.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a déclaré la manifestation illégale dès 11 h 26 parce que les organisateurs ont refusé d'en dévoiler l'itinéraire et que des manifestants étaient masqués. Les manifestants se sont dispersés et la police n'a relevé aucun trouble.

Une autre manifestation est prévue ce soir. Vers 21h, ils étaient quelques dizaines de personnes place Émilie-Gamelin, le lieu de rendez-vous prisé par les étudiants lors du printemps érable.

« L'austérité n'est pas une fatalité » - le FRAPRU

Une porte-parole du FRAPRU, Véronique Laflamme, a dénoncé les compressions dans les services aux plus démunis. Elle souligne que les personnes handicapées feront les frais de ces compressions en se voyant privées de précieux services. « L'austérité n'est pas une fatalité », soutient Mme Laflamme.

Sa collègue de la Coalition opposée à la tarification des services publics, Kim De Baene, abonde dans ce sens. Elle dénonce la commission permanente de révision des programmes, mise sur pied par le gouvernement Couillard, qui n'est composée, selon elle, que d'économistes et de fiscalistes de droite.

« On peut aller chercher de l'argent ailleurs », estime Mme de Baene. Elle souligne que la fiscalité québécoise est passée de 16 paliers d'imposition à 4. La coalition propose une série de mesures qui permettraient au gouvernement d'augmenter ses revenus de 10 milliards de dollars par année.

« Les gens qui sont ici savent très bien qu'il y a des milliards qui dorment dans des endroits que le gouvernement ne veut pas aller chercher. » — Manon Massé, députée de Québec solidaire

Une augmentation du nombre de paliers d'imposition, une hausse de la taxe sur le capital des banques - « six banques ont engrangé 30 milliards de dollars en profits », souligne-t-elle - et une réforme de l'assurance médicament permettraient d'éviter les mesures d'austérité.

La coalition regroupe 95 organismes sociaux, communautaires, syndicaux et féministes.

La députée de Québec solidaire, Manon Massé, a joint sa voix à la manifestation. « Il y a des milliards qui dorment dans des endroits où le gouvernement ne veut pas aller chercher », déplore-t-elle.

« Avec l'attitude absolument intransigeante et les mensonges que nous raconte le gouvernement Couillard, je ne suis pas surprise cette coalition [2010-2012] se réactualise, a-t-elle lancé. Je crois que ce n'est que le début de quelque chose. »

Débat sur l'austérité avec les économistes Jean-Luc Landry et Simon Tremblay-Pepin

Le gouvernement Couillard peu ébranlé

Reporter l'équilibre budgétaire au-delà de l'horizon 2015-2016 « n'est pas un choix », a réagi le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux sur les ondes de RDI, même si cela confronte le gouvernement à des « décisions difficiles ».

« On ne peut plus attendre davantage », a-t-il soutenu, lançant au passage que cela aurait dû être fait dès 2013-2014, une pointe à l'endroit du précédent gouvernement du Parti québécois. Ne pas agir dès maintenant entraînera un plus grand endettement pour le Québec, soutient-il.

« On comprend les inquiétudes, mais on va prendre des décisions responsables pour justement protéger les programmes qui nous sont chers. » — Martin Coiteux, président du Conseil du trésor

M. Coiteux balaie du revers de la main toute augmentation du niveau de taxation des entreprises et des mieux nantis, rappelant que les Québécois sont déjà les plus imposés au pays. Une telle solution, argue-t-il, « ne ferait que ralentir la croissance économique » et entraîner « moins de revenus pour le gouvernement ».

Le président du Conseil du trésor ferme en outre la porte au rattrapage salarial réclamé par les employés de la fonction publique, que le gouvernement évalue à 5 milliards de dollars sur trois ans. « Si les gens trouvent que c'est difficile d'équilibrer le budget maintenant, imaginez si on devait augmenter les dépenses de 5 milliards en plus. »

Pour ceux qui veulent voir les tweets de nos reporters sur leur appareil mobile cliquez ICI

L'austérité prend toutes sortes de formes L'austérité prend toutes sortes de formes  Photo :  Louis-Philippe Ouimet

Une série de manifestations

D'autres rassemblements ont lieu également à Rimouski, Jonquière, Baie-Comeau, La Tuque et Sherbrooke. Des milliers d'étudiants ont participé aux diverses manifestations, qui dénoncent toutes les mesures d'austérité. Les élèves du Cégep du Vieux-Montréal ont notamment voté une grève de 24 heures afin de se joindre à la manifestation de la coalition. Quelque 85 000 étudiants québécois sont en grève aujourd'hui.

10 cégeps sont en grève:

  • Alma;
  • Bois-de-Boulogne;
  • Édouard-Montpetit;
  • Marie-Victorin;
  • Maisonneuve;
  • Rosemont;
  • Sainte-Thérèse;
  • Saint-Laurent;
  • Vieux-Montréal.


28 associations étudiantes universitaires des institutions suivantes:

  • Université Concordia;
  • Université McGill;
  • Université de Montréal;
  • Université Laval;
  • Université de Sherbrooke.
Des fonctionnaires déguisés en zombies dénoncent l'austérité budgétaire du Québec. Des fonctionnaires déguisés en zombies dénoncent l'austérité budgétaire du Québec.  Photo :  Radio-Canada

De son côté, l'Alliance de la fonction publique a également profité de cette journée d'Halloween pour tenir une manifestation à Québec afin de protester contre les compressions dans la fonction publique fédérale. Déguisés en zombies pour l'occasion, les manifestants dénoncent les 35 000 postes éliminés depuis 2012 et ils estiment que le gouvernement procédera à des compressions de 11 milliards de dollars d'ici 2015.

Budget Leitao 2014. Un survol