Changement de direction et de culture au Cirque du Soleil

Thomas Gerbet a plus de détails

La pyramide de direction du Cirque du Soleil est chamboulée, six mois après son rachat par un fonds d'investissement américain. Selon nos sources, les nouveaux propriétaires imposent une rentabilité à tout prix. Et cette volonté se traduit aujourd'hui avec le remplacement du responsable des spectacles par un nouveau venu du monde des finances.

Un texte de Thomas GerbetTwitterCourriel

Les transformations, qualifiées de « majeures » pour l'organisation du Cirque, ont été exposées aux employés dans une lettre interne, envoyée lundi après-midi, et dont Radio-Canada a obtenu copie. Entre les lignes, c'est l'enjeu de la rentabilité des spectacles qui retient l'attention.

Le PDG Daniel Lamarre annonce le départ du chef de l'exploitation, Charles Décarie, qui était dans l'entreprise depuis plus de 15 ans. Il était, entre autres, responsable des spectacles permanents et des spectacles en tournées. Son profil professionnel LinkedIn indique qu'il avait la responsabilité d'« optimiser le niveau de rendement et de rentabilité, tout en respectant les valeurs de l'entreprise, et de favoriser la création comme composante clé ».

Charles Décarie aurait lui-même décidé de quitter le Cirque, selon la lettre. Le PDG Daniel Lamarre évoque son « regret » de le voir partir. Il ajoute toutefois que « ces changements importants s'avéraient nécessaires pour l'atteinte de nos objectifs ».

Charles Décarie (à gauche), remplacé par Jonathan Tétrault (à droite). Photo : LinkedIn/C.D. Howe

Le nouveau venu, Jonathan Tétrault, sera vice-président exécutif, chef de l'exploitation et chef de la direction des affaires. En plus de s'occuper du développement stratégique de l'entreprise, il aura la responsabilité de tous les spectacles du Cirque et de ses filiales, des ateliers, du marketing, de la marque, des services juridiques, de même que des alliances corporatives.

Jusqu'à présent, Jonathan Tétrault dirigeait le cabinet de conseils McKinsey & Company, à Montréal. En tant qu'avocat, il conseillait des clients comme des banques, des fonds souverains ou des régimes de retraite sur une variété de sujets comme les stratégies d'investissement ou la gestion du risque. Depuis 2013, il siège au conseil d'administration de One Drop, la fondation de Guy Laliberté.

« Une structure plus simple, plus agile, afin que nous puissions tous nous consacrer à la performance de l'organisation. » — Daniel Lamarre, PDG du Cirque du Soleil, dans une lettre interne adressée aux employés

« Comme vous le savez, depuis juillet, plusieurs initiatives ont pris place dans l'organisation pour assurer la croissance et le succès du Cirque », écrit Daniel Lamarre dans sa lettre aux employés. Il ajoute que ces changements permettront « d'amener la performance de l'entreprise au prochain niveau ».

Une vision plus mercantile

Selon plusieurs sources, les nouveaux propriétaires imposent une vision beaucoup plus mercantile de l'entreprise avec la volonté de rentabiliser à tout prix les spectacles. Historiquement, les gestionnaires ont toujours cherché à maintenir un équilibre entre les affaires et les valeurs du Cirque. Des projets de spectacles ne se sont pas faits dans certains pays qui ne respectaient pas les droits humains ou l'environnement. Ce genre de décisions serait improbable aujourd'hui. 

Le Cirque a connu plusieurs années difficiles où il a annulé des spectacles, tels qu'Iris et  Zaïa, et essuyé des pertes financières qui l'ont forcé à réduire son personnel.

En juillet 2015, le fondateur Guy Laliberté a conclu la vente de 90 % des actions du Cirque au fonds d'investissement américain, TPG Capital. Les partenaires de TPG sont, entre autres, Fosun, le plus gros fonds d'investissement chinois, la Caisse de dépôt et placement du Québec et Guy Laliberté, fondateur et conseiller stratégique du Cirque. Mitch Garber, président du conseil d'administration du Cirque, Claridge, la société d'investissement de la famille de Stephen Bronfman, et Daniel Lamarre, président et chef de la direction du Cirque, détiennent également des actions. Le montant de la transaction a été évalué à 1,5 milliard de dollars.

Le directeur des finances du Cirque est lui aussi remplacé. Éric Marceau aurait décidé de quitter le Cirque le 31 mars, selon la lettre. Plusieurs autres vice-présidents avaient quitté le navire ces derniers mois, comme Diane Quinn, vice-présidente principale responsable des opérations créatives et artistiques. D'autres mises à pied d'employés ont aussi eu lieu récemment.

Si vous avez des informations à partager, vous pouvez écrire à thomas.gerbet@radio-canada.ca (Confidentialité respectée).