Logo Radio-Canada
Chili : À la rescousse des mineurs

À San José, dans le centre du Chili, une opération de grande envergure est organisée pour sauver 33 mineurs prisonniers de la terre.

Ces hommes sont bloqués depuis le 5 août à 700 mètres de profondeur à la suite d'un éboulement dans la mine d'or et de cuivre.

Michel Labrecque et Jean-Michel Leprince se sont rendus au Chili.

Qui sont les auteurs



Trop c'est trop. Les mineurs isolés pendant 69 jours sont submergés par la presse et ils n'en peuvent plus. Ils viennent de donner leur première conférence de presse. Les médecins insistent sur la fragilité de leur état psychologique. Ils sont susceptibles de souffrir de troubles du sommeil et peuvent ressentir du stress post-traumatique. Pendant combien de temps? Impossible à dire, le cas est sans précédent dans l'histoire de la médecine.

Les mauvais côtés du vedettariat

Les 33 n'ont même pas encore eu le temps de jouir de leur célébrité que déjà ils se plaignent des inconvénients. La présence insistante de la presse, mais surtout les ragots que colportent certains journaux. Faute d'information, on invente ou l'on spécule.


« Donnez-nous de l'espace, dit leur seul porte-parole Juan Illanez, le temps pour nous de nous habituer à vous. »

Juan Illanez


Ils ont juré de garder le secret sur ce qui s'est passé à 622 mètres sous terre jusqu'à ce qu'ils aient déterminé ce qu'ils pouvaient en tirer. Un livre, un film? Une terrible mésaventure dans une mine de cuivre se transformera-t-elle en une mine d'or?


Reportage de Jean-Michel Leprince


Les mineurs se remettent mieux que prévu du record involontaire qu'ils ont établi : celui du plus long séjour sous terre.

Reportage de Jean-Michel Leprince diffusé au Téléjournal 18 h


Le gouvernement veut récupérer le coût du sauvetage.

Total : 20 millions de dollars américains. L'État chilien a consacré 15 millions de dollars à l'opération. Le reste, 5 millions, a été donné par l'industrie minière privée.

« Le gouvernement n'a pas limité ses dépenses pour récupérer les mineurs, mais nous ne serons pas pour autant prodigues avec l'argent des Chiliens. Nous essaierons de récupérer [le coût du sauvetage] le plus possible. », dit le ministre de l'Intérieur, Rodrigo Hizpeter. Il ne dit pas comment.

Jean-Michel Leprince

Les dernières entrées


Archives par mois


Catégories


Dossiers en profondeur