Logo Radio-Canada
Haïti. Survivre et reconstruire.

Mission médicale
De Sherbrooke à Haïti

Un deuxième groupe de médecins sherbrookois est maintenant en Haïti, envoyé par la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke. L'équipe, dirigée par le Dr Robert Williams, a quitté le Québec le 16 février. Le groupe de 14 personnes est basé à l'Hôpital de la communauté haïtienne à Pétionville, à environ 12 km du centre-ville de Port-au-Prince. L'équipe doit y séjourner durant trois semaines. Une première équipe médicale était partie de Sherbrooke à la mi-janvier pour Deschapelles, où elle avait prodigué des soins pendant presque trois semaines.


Les membres de la première équipe Les membres de la deuxième équipe



L'équipe médicale dirigée par le Dr Robert Williams quitte Pétionville jeudi, au terme d'un séjour de presque trois semaines.

Les 14 participants sont particulièrement fiers d'avoir transporté avec eux la philosophie québécoise, qui est basée sur l'écoute et l'accompagnement.

Les spécialistes sherbrookois quittent Haïti avec une inquiétude pour les patients qu'ils laissent là-bas. Ils espèrent toutefois que dans cette tragédie, les Haïtiens pourront trouver une lueur d'espoir. Que ce séisme, aussi destructeur soit-il, pourra servir de catalyseur pour rebâtir le pays et le tissu social.

Pour qu'enfin, le pays connaisse un nouveau départ...

Écoutez l'extrait audio : Renée Dumais-Beaudoin a recueilli les impressions du Dr Robert Williams sur son séjour en Haïti.


Même si plusieurs semaines se sont écoulées depuis « l'évènement », comme le nomment les Haïtiens, une grande partie de la population vit toujours dans des camps de réfugiés.

Les conditions d'hygiène précaires qui règnent dans ces camps favorisent l'éclosion de diverses infections. L'eau et la nourriture, qui sont souvent impropres à la consommation, propagent des maladies comme la malaria et la fièvre typhoïde.

Qui plus est, le début de la saison des pluies contribue à détériorer les conditions sanitaires en Haïti.

Écoutez l'extrait audio : Les internistes Pierre Charron et Claudie Bergeron témoignent de leur expérience à l'Hôpital de la communauté haïtienne.


En plus des blessures physiques, le tremblement de terre du 12 janvier a causé chez de nombreux Haïtiens un stress post-traumatique.

Les deux psychiatres qui font partie de l'équipe du Dr Robert Williams constatent que la plupart des gens qu'ils rencontrent ont développé des peurs, comme celle du béton ou celle d'entrer dans un bâtiment.

Les peurs individuelles se transforment également en peurs collectives. À Pétionville, les résidents craignent à tout moment une nouvelle secousse, voire un tsunami.

Pour soulager cette population, on ne compte qu'une dizaine de psychologues et de psychiatres dans tout le pays.

Écoutez l'extrait audio : Le Dr Jean-François Corbin et le Dr Éric Chiasson s'entretiennent avec Renée Dumais-Beaudoin sur leur expérience en Haïti.


Très tôt, lundi matin, la terre a tremblé une fois de plus en Haïti. La secousse d'une magnitude de 4,7 a réveillé la peur chez de nombreux résidents de Pétionville et des environs.

Quelques heures plus tard, quelque 200 personnes attendaient à l'extérieur de l'Hôpital de la communauté haïtienne pour consulter un médecin et être rassurées.

En plus d'aider les Haïtiens à guérir leurs blessures physiques, l'équipe de médecins sherbrookois tente d'apaiser leurs craintes.

Ils essaient également de transmettre leurs connaissances. En Haïti, il n'existe aucun centre de réadaptation. Les deux physiothérapeutes du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke présents à Pétionville enseignent donc aux proches de leurs patients des exercices pour faciliter leur réadaptation.

Écoutez l'extrait audio : En entrevue, le Dr Robert Williams et le physiothérapeute Lionel Hugonnier.


À son arrivée, le Dr Robert Williams constate que les Haïtiens tentent, autant que possible, de reprendre une vie normale. Toutefois, les besoins médicaux et psychologiques restent grands plus d'un mois après le séisme.

Le traumatisme est si important que les Haïtiens n'osent pas parler directement du tremblement de terre. La population utilise plutôt le mot « événement » pour faire référence au séisme.

Écoutez l'extrait audio : Le Dr Robert Williams livre ses premières impressions, deux jours après son arrivée à Pétionville.

À l'Hôpital de la communauté haïtienne à Pétionville, où se trouve l'équipe sherbrookoise, les patients continuent d'affluer.

L'établissement, qui ne compte que 76 lits, a perdu la moitié de son personnel à la suite du tremblement de terre du 12 janvier. Malgré la tristesse qui les afflige, les employés qui restent savent que leur mission est d'aider leurs concitoyens.

Écoutez l'extrait audio : Renée Dumais-Beaudoin s'entretient avec le directeur de l'Hôpital de la communauté haïtienne, le Dr Jean Adrien, et la directrice médicale de l'établissement, la Dre Marie-Claude François.

Les dernières entrées


Archives par mois


Catégories



Dossiers en profondeur