Le narcotrafiquant Joaquin Chapo Guzman renvoyé dans la prison d'où il s'était évadé

Radio-Canada avec Reuters, Associated Press, The Atlantic et Agence France-Presse
Le reportage de Bouchra Ouatik

Joaquin Guzman, un narcotrafiquant qui était en fuite depuis sept mois, a été capturé vendredi au Mexique et a été renvoyé à la prison de haute sécurité d'où il s'était échappé.

Le président du pays, Enrique Peña Nieto, a lui-même annoncé l'arrestation du baron de la drogue sur son compte Twitter. « Mission accomplie, nous l'avons », a écrit le président mexicain.

En juillet dernier, Guzman, surnommé El Chapoen raison de sa petite stature, s'était évadé d'une prison à sécurité maximale en empruntant un tunnel de plus de un kilomètre de long, accessible à partir d'une petite ouverture percée dans la douche de sa cellule. Son évasion spectaculaire avait mis les autorités dans l'embarras et été suivie d'une vaste chasse à l'homme pour le retrouver.

L'ouverture à partir de laquelle Joaquin Guzman était parvenu à s'échapper en juillet 2015 d'une prison à sécurité maximale, au Mexique. L'ouverture à partir de laquelle Joaquin Guzman était parvenu à s'échapper en juillet 2015 d'une prison à sécurité maximale, au Mexique.  Photo :  AP/Eduardo Verdugo

Les forces de l'ordre l'ont épinglé à Los Mochis, dans le nord-est du pays, plus précisément dans l'État du Sinaloa où il a vu le jour. Le narcotrafiquant aurait été localisé parce qu'il avait contacté des producteurs pour tourner un documentaire sur sa vie.

Âgé de 58 ans, Guzman a été à la tête du cartel du Sinaloa, un empire de la drogue évalué à 3 milliards de dollars. Ce cartel contrôlerait la plupart des points d'entrée de la drogue à la frontière séparant le Mexique des États-Unis.

L'assaut a été mené vendredi à l'aube par la marine mexicaine contre une maison en apparence anodine de Los Mochis. Les forces de l'ordre disent avoir essuyé des tirs en provenance de la maison avant d'être en mesure d'abattre cinq suspects et d'en arrêter six autres.

Durant le raid, les autorités affirment avoir saisi un véritable arsenal : deux véhicules blindés, huit carabines, une arme de poing et un lance-grenades. Parmi les carabines saisies, deux étaient suffisamment puissantes pour percer des gilets pare-balles et des voitures. De plus, le lance-grenades était chargé à bloc, avec des munitions supplémentaires à proximité.

La procureure générale mexicaine Arely Gomez confirme que Joaquin Guzman sera emprisonné là où il s'était évadé en juillet.

Ce n'est pas la première fois que les autorités remettent la main au collet de Guzman. Arrêté en 1993, il s'était évadé en 2001. Il avait été repris en février 2014 dans le nord-ouest du Mexique.

Joaquin Guzman est recherché par les États-Unis pour trafic de cocaïne et blanchiment d'argent. Des experts mexicains prédisent d'ailleurs qu'il pourrait être rapidement extradé.

« La DEA est extrêmement satisfaite de la capture de Chapo Guzman. Nous félicitons le gouvernement mexicain et saluons le courage qu'il a fallu pour cette arrestation. » — L'Agence américaine antidrogue (DEA), dans un message publié sur son compte Twitter

L'Agence américaine antidrogue était si soucieuse que soit retracé ce caïd de la drogue qu'en août 2015, elle avait instauré des lignes téléphoniques sûres et un compte courriel, aux États-Unis et dans plusieurs pays d'Amérique latine, pour récolter de l'information susceptible d'aider à la traque de Guzman.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants