La Cour suprême américaine légalise le mariage gai dans tous les États

Reuters
Le reportage de Yanik Dumont Baron

La Cour suprême des États-Unis a décidé vendredi, par cinq voix contre quatre, que la Constitution devait accorder aux couples du même sexe le droit de se marier, ce qui marque une victoire historique pour le mouvement homosexuel américain.

Aux termes de cette décision, les mariages homosexuels deviendront légaux dans les 50 États américains.

Jusqu'ici, 36 États et le District de Columbia, où se trouve Washington, reconnaissaient le mariage entre personnes du même sexe.

« Cette décision est une victoire pour l'Amérique », a déclaré Barack Obama, premier président américain à soutenir ouvertement le mariage homosexuel. « Cette décision affirme ce que des millions d'Américains avaient déjà dans le coeur. Quand tous les Américains sont traités en égaux, nous sommes plus libres. »

Le juge Anthony Kennedy a expliqué au nom de la Cour suprême que le destin des homosexuels « n'est pas d'être condamnés à la solitude, exclus de l'une des plus anciennes institutions de la civilisation. Ils demandent à bénéficier de la même dignité aux yeux de la loi. La Constitution leur garantit ce droit. »

Anthony Kennedy, un conservateur dont le vote est souvent décisif, a joint sa voix à celle des quatre juges suprêmes de tendance libérale.

L'un des conservateurs qui a voté contre la légalisation, Antonin Scalia, a en revanche estimé que cette décision prouvait que la Cour suprême était une « menace pour la démocratie américaine ».

Le jugement, a-t-il expliqué, « dit que mon souverain et le souverain de 320 millions d'Américains d'une côte à l'autre est une majorité des neuf juristes de la Cour suprême ».

Clinton fière

Cette décision constitue la plus importante évolution de la législation sur le mariage aux États-Unis depuis un verdict de 1967 qui avait ouvert la voie aux unions interraciales.

Hillary Clinton, candidature à l'investiture démocrate pour la présidentielle de 2016, s'est dite sur Twitter « fière de célébrer une victoire historique pour l'égalité du mariage ». L'ancienne secrétaire d'État se disait pourtant hostile au mariage pour tous jusqu'en 2013, mais elle dit avoir « évolué » depuis.

Plusieurs candidats à l'investiture républicaine, dont Jeb Bush, ont à l'inverse critiqué le jugement de la Cour suprême, notamment sur des bases religieuses.

Dans la foulée de la décision de la Cour suprême, des représentants des États qui interdisaient jusque-là le mariage homosexuel ont déclaré qu'ils se conformeraient à l'avis de la juridiction, mais d'autres ont prévenu qu'ils ne se hâteraient pas.

En Louisiane, les services du procureur général, Buddy Caldwell, ont publié un communiqué indiquant que « rien dans la décision du jour ne la rendait immédiatement applicable ».

Dans le Mississippi, les autorités ont décidé d'attendre la décision d'une juridiction inférieure appelée à se prononcer sur la question avant d'accorder des certificats de mariage aux couples homosexuels.

Dans l'État de l'Alabama, qui a contesté la levée par un juge de l'interdiction du mariage homosexuel, plusieurs responsables politiques ont dit regretter la décision de la Cour suprême tout en indiquant qu'ils s'y plieraient.

« Nous obéirons toujours à la loi », a déclaré le gouverneur républicain, Robert Bentley.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu