« Ces fanatiques n'ont rien à voir avec la religion musulmane » - François Hollande

Discours de François Hollande

Dans une brève allocution télévisée faite quelques heures à peine après la fin des deux prises d'otages qui ont tenu la région parisienne en haleine, le président François Hollande a lancé un appel « à la vigilance, à l'unité et à la mobilisation » au peuple français.

Il a exprimé « toute sa solidarité » avec les familles des victimes et des blessés, et salué le travail des policiers et des gendarmes appelés à intervenir dans la foulée du massacre commis dans les locaux de Charlie Hebdo.

« Nous sommes fiers d'eux, car, quand l'ordre a été donné, ils ont porté l'assaut dans le même mouvement et avec le même résultat », a-t-il affirmé.

« La France, elle a fait face, parce que, quand elle surmonte une épreuve, c'est une tragédie pour la nation, et c'est une obligation pour nous d'y faire face. » — Le président français, François Hollande

« Mais la France, même si elle est consciente d'avoir fait face, même si elle sait qu'elle peut disposer, avec les forces de sécurité, d'hommes et de femmes capables de courage et de bravoure, la France, elle n'en a pas terminé avec les menaces dont elle est la cible », a-t-il ajouté.

Le président a donc appelé les Français à faire preuve de vigilance. Il a fait savoir que, de concert avec le premier ministre Manuel Valls, il a décidé de renforcer la sécurité des lieux publics afin que les Français puissent « vivre tranquillement sans, à aucun moment, pouvoir être l'objet d'une menace ou d'un risque ».

Le chef de l'État a aussi souligné que l'unité constituait la « meilleure arme » des Français dans l'épreuve qu'ils traversent.

« Nous devons montrer notre détermination à lutter contre tout ce qui pourrait nous diviser, et d'abord être implacable envers le racisme et l'antisémitisme. Car aujourd'hui, dans ce magasin cacher, c'est bien un acte antisémite effroyable qui a été commis. » — Le président français, François Hollande

« Ne pas nous diviser, c'est-à-dire que nous ne devons faire aucun amalgame, [...] écarter toute surenchère. Ceux qui ont commis ces actes, ces terroristes, ces illuminés, ces fanatiques n'ont rien à voir avec la religion musulmane. »

« Nous devons être capables de répondre aux attaques par la force lorsque nous sommes obligés de l'utiliser, mais également, par la solidarité », a-t-il poursuivi. « Cette solidarité, nous devons en montrer toute l'efficacité ».

« Nous sommes un peuple libre, qui ne cède à aucune pression, qui n'a pas peur, parce que nous portons un idéal qui est plus grand que nous, et que nous sommes capables de le défendre partout où la paix est menacée. » — Le président français, François Hollande

Le président Hollande a conclu son allocution en invitant ses compatriotes à participer en masse aux manifestations qui auront lieu dimanche à 14h30 heure locale, afin de porter « ces valeurs de démocratie, de liberté et de pluralisme auxquels nous sommes tous attachés et que l'Europe, d'une certaine façon, représente. »

Il a confirmé qu'il participerait lui-même à la marche et que « plusieurs » chefs d'État et de gouvernement du monde lui ont confirmé qu'ils seraient également présents.

« Dans cette épreuve, je vous l'assure, nous sortirons encore plus forts. » — Le président français, François Hollande

Le premier ministre britannique David Cameron, l'Italien Matteo Renzi, l'Espagnol Mariano Rajoy, le Belge Charles Michel, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker et la chancelière allemande Angela Merkel ont confirmé leur participation.

Le Canada sera représenté par son ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, les États-Unis par son ministre de la Justice, Eric Holder.

Le président Barack Obama Le président Barack Obama  Photo :  Kevin Lamarque / Reuters

Nous sommes « à vos côtés », dit Obama

Le président américain a exprimé le soutien de son pays à la France, ébranlée par des actes terroristes, insistant sur les « valeurs universelles » qui lient les deux pays, comme la « liberté ».

« Les États-Unis sont à vos côtés », a déclaré Barack Obama, de passage dans le Tennessee.

« Je veux que les Français le sachent : les États-Unis sont à vos côtés aujourd'hui et seront à vos côtés demain. » — Barack Obama

« Dans les rues de Paris, le monde a vu une fois de plus ce que les terroristes représentent, a-t-il déclaré. Ils n'ont rien à offrir, sauf la haine et la souffrance humaine. Nous défendons la liberté, l'espoir et la dignité de tous les êtres humains. Et c'est ce que la ville de Paris représente aux yeux du monde et cet esprit durera pour toujours ».

Obama a souligné par ailleurs avoir été en contact étroit avec le gouvernement français « tout au long de cette tragédie ». Si « la menace immédiate » semble écartée, il a noté que le gouvernement français demeure confronté à la menace du terrorisme et devait « rester vigilant ».

Rappelons que le président américain a effectué jeudi soir une visite à l'ambassade de France à Washington pour rendre hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo. « Vive la France! », avait-il notamment écrit dans le livre de condoléances.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants