Radio-Canada.ca/Nouvelles

Grands titres Le monde Politique Économie Science et Santé


Sécurité déficiente aux barrages d'Hydro

Mise à jour le mercredi 16 février 2005 à 15 h 35
.


.
Aucune caméra de surveillance, aucun système d'alarme
.
Un reportage de Radio-Canada, diffusé mardi, démontre que les installations d'Hydro-Québec sur la rivière Manicouagan et à la baie James sont mal protégées et à la merci des terroristes.

Le journaliste Christian Latreille et le caméraman Bernard Huard ont réussi à pénétrer, sans être inquiétés, au coeur des centrales de Manic-5-PA et de LG-2, qui alimentent en électricité 1,5 million de Québécois.


.
Des équipements accessibles à tout venant
.
Le reportage montre que les portes des centrales ne sont pas verrouillées, qu'il ne s'y trouve aucun agent de sécurité, et que le reporter n'a vu ni caméras de surveillance ni systèmes d'alarme.


.
On y voit même le journaliste et le caméraman s'approcher des panneaux de contrôle sans rencontrer personne.

Hydro tente de bloquer la diffusion

La Cour supérieure du Québec a rejeté une demande d'injonction déposée par Hydro-Québec, qui tentait d'empêcher la diffusion de ce reportage.

Dans sa demande, Hydro-Québec soutenait que la diffusion de ces reportages représenterait un danger pour ses installations, et ultimement pour la sécurité nationale, en plus de causer un préjudice sérieux et irréparable à son image.

Mais le juge Kirkland Casgrain, de la Cour supérieure, a estimé que le reportage était d'intérêt public.

Une « mise en scène », selon Caillé


.
En entrevue au Téléjournal de Radio-Canada, mardi soir, le PDG d'Hydro-Québec, André Caillé, a tenté de se défendre en qualifiant le reportage de « mise en scène ».

Il n'a pas reconnu qu'il existait un problème de sécurité aux installations d'Hydro, mais a toutefois admis que certaines images du reportage étaient « inacceptables ».

Plus tôt, dans un communiqué, André Caillé a indiqué que les faits rapportés dans le reportage étaient préoccupants. D'autant plus que, selon lui, une vérification des accès à ces installations avait été faite quatre jours avant le passage de l'équipe de Radio-Canada.

M. Caillé a promis de prendre tous les moyens pour assurer la sécurité des équipements d'Hydro-Québec.

De son côté, le ministre de la Sécurité publique du Québec, Jacques Chagnon, a ordonné à la Sûreté du Québec d'analyser toutes les mesures de sécurité que la société d'État applique à ses centrales.


hyperliens externes

Hydro-Québec s'explique sur le reportage de Radio-Canada
Communiqué de la société d'État.

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Retour au nouvelles Retour aux nouvelles Haut de page  Haut de page
Imprimer   Partager avec un ami

 C'est arrivé le...


7 juin 1973

Début de la visite historique du chancelier ouest-allemand Willie Brandt en Israël.

     DANS L'ACTUALITÉ >>

ENJEUX: L'ÉNIGME ANDRÉ BOISCLAIR: une entrevue avec Raymond Saint-Pierre

Élections municipales 2005

Scandale des commandites Le Rapport Gomery

France: violences urbaines en région parisienne

     ARCHIVES >>

Scandales dans les coulisses du pouvoir - Les Archives de Radio-Canada

     DOSSIERS >>

Pakistan

Pakistan: séisme meurtrier, l'hiver menace les sinistrés

Cuba