Le froid extrême frappe du Manitoba à la Nouvelle-Écosse

Vague de froid intense - Mathieu Nadon

Des alertes de froid intense sont en vigueur pour plusieurs provinces et territoires canadiens. Cette vague de basses températures frappe de nombreuses régions, de Winnipeg à Québec et de Thunder Bay à Yellowknife.

Il fait notamment -33 degrés à Roberval, -29 à Winnipeg, -28 à Yellowknife et -25 à Iqaluit. Des alertes de froid intense sont en vigueur pour les provinces et territoires suivant:

  • Manitoba
  • Ontario
  • Québec
  • Terre-Neuve-et-Labrador
  • Nouvelle-Écosse
  • Nunavut
  • Yukon

La vague de froid s'intensifiera encore au cours de la journée de mercredi, qui devrait être la plus froide de la semaine.

Le froid intense cause des problèmes, notamment aux gens qui travaillent à l'extérieur, comme les matelots, les travailleurs de la construction et les éboueurs. Certains chantiers de construction doivent même être fermés puisque certains matériaux, comme le béton, ne peuvent être manipulés par temps aussi froid.

Hydro-Québec appelle à la retenue

La consommation d'énergie connaît des sommets en cette période de grand froid. Toutefois, Hydro-Québec ne signale aucune panne en ce moment. « Le froid n'entraîne pas une augmentation du nombre de pannes », explique le porte-parole d'Hydro-Québec, Patrice Lavoie.

Hydro-Québec demande à ses clients d'éviter de trop solliciter son réseau en prenant certaines mesures simples de la vie quotidienne. Les abonnés peuvent maintenir la température ambiante de la maison - particulièrement dans les pièces inutilisées - un degré sous la normale pour économiser l'énergie allouée au chauffage. Plus de la moitié des factures d'électricité est attribuable au chauffage au Québec, selon M. Lavoie.

La société d'État recommande également d'éviter d'utiliser les lave-vaisselle et les sécheuses et de limiter la consommation d'eau chaude en période de pointe, soit de 7 h à 9 h le matin et de 16 h à 20 h le soir.

Des trucs pour que la voiture démarre

« À partir de -24 degrés, on voit le nombre d'appels augmenter », explique le porte-parole de CAA-Québec, Cédric Essiminy. Il ajoute que les composantes des voitures ne sont pas affectées par les facteurs éoliens et humidex que nous ajoutons à la mesure de la température dans nos bulletins de météo.

Un survoltage de batterie Un survoltage de batterie

« Ce n'est pas le froid, mais la chaleur qui abîme la batterie », explique M. Essiminy, déboulonnant du coup un mythe. « Ce sont les périodes de canicules qui vont affaiblir la batterie et c'est le froid qui va révéler ses faiblesses. » Ainsi, c'est en Arizona et en Californie qu'il se vend le plus de batteries aux États-Unis, selon M. Essiminy.

CAA-Québec recommande plusieurs précautions, lors de l'arrêt du moteur, afin de faciliter le démarrage de la voiture le lendemain matin. Il faut faire le plein d'essence pour éviter la condensation dans le réservoir et fermer tous les appareils électroniques avant de couper le contact du moteur (essuie-glace, chaufferette, radio, sièges chauffants, etc.), surtout pour les véhicules plus âgés.

M. Essiminy suggère de consulter le manuel du fabricant pour trouver les particularités pour faciliter le démarrage par temps froid. Ces particularités varient d'un modèle à un autre et d'un fabricant à l'autre. Il faut éviter d'insister lors du démarrage pour éviter d'endommager le démarreur et il est inutile de faire tourner le moteur plus de 30 secondes pour « réchauffer » le moteur.

M. Essiminy s'attend à une journée occupée pour les dépannages, demain, puisque le mercure devrait descendre sous les -20 degrés.

Les refuges répondent à la demande à Montréal

Les sans-abri sont également touchés par cette vague de froid. Les trois principaux refuges montréalais coordonnent leurs efforts pour s'assurer que tous les gens qui veulent passer la nuit dans un refuge puissent le faire. « Les grandes ressources de Montréal se coordonnent depuis plusieurs années, et cette semaine encore plus particulièrement parce que les froids s'annoncent pour plusieurs jours », explique la directrice générale de la Maison du Père, France Desjardins.

La directrice générale de la Maison du Père, France Desjardins La directrice générale de la Maison du Père, France Desjardins

« Nous sommes toujours pleins à la Maison du Père, mais je peux vous dire que nous avons réacheminé une trentaine de personnes vers nos autres ressources, c'est-à-dire la Mission Bon Accueil et la Mission Old Brewery, poursuit Mme Desjardins. Il y a une navette qui fait le tour de nos ressources pour s'assurer que chacun trouve un lit, un repas et des vêtements chauds. »

Les refuges de Montréal manquent de bottes pour vêtir leurs bénéficiaires. Vous pouvez déposer des bottes dans une boîte prévue à cet effet au coin des rues Saint-Hubert et René-Lévesque.

Les trois grandes ressources montréalaises suffisent à satisfaire la demande puisque tous les refuges ajoutent des lits supplémentaires. Les refuges ont accueilli 700 hommes et 150 femmes, lundi.

« Je suis certaine qu'il y a des gens qui sont un peu plus tolérants, qui acceptent de garder chez eux des amis qui sont en difficulté, reconnaissant que c'est un moment particulièrement froid. » — France Desjardins

Malgré le froid intense, certaines personnes choisissent de passer la nuit à l'extérieur. Mme Desjardins explique que ces gens apprécient leur style de vie pour la liberté qu'il procure et qu'ils sont forcés de respecter certaines règles dans les refuges. « Quand vous entrez dans un refuge comme le nôtre, on vous invite à passer à la douche, de respecter votre voisin, de respecter un certain silence la nuit pour laisser les gens dormir, explique Mme Desjardins. Ça vous apparaît très sommaire comme règles, mais pour eux c'est une contrainte. »

Des équipes du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) incitent les sans-abri à se diriger vers un refuge puisqu'il en va de leur vie.

Info en continu Afficher le fil complet

    Facebook