Des citoyens formés pour lutter contre l'exploitation du gaz de schiste

Un forage de gaz de schiste à Saint-Edouard-de-Lotbiniere (archives) Un forage de gaz de schiste à Saint-Édouard-de-Lotbinière (archives)  Photo :  PC/Jacques Boissinot

À Montréal, une vingtaine de citoyens ont assisté samedi à une formation en désobéissance civile pour s'opposer à l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste dans leur région.

L'activité est organisée par le réseau Moratoire d'une génération, qui s'est donné pour objectif d'entraver de manière non violente les activités de l'industrie du gaz de schiste.

Les gestes de désobéissance civile consisteraient principalement à bloquer l'entrée des sites à des entreprises gazières.

L'exploration et l'exploitation du gaz de schiste sont au point mort jusqu'à ce qu'un comité mandaté par le gouvernement du Québec complète une évaluation environnementale stratégique. Mais Moratoire d'une génération veut être prêt si le gouvernement donne le feu vert aux gazières.

Le réseau lance également le site web http://schistes911.org, qui permettra aux citoyens de signaler la présence d'activités d'exploration ou d'exploitation dans leur région.

« Dans le cas qu'il y a une alerte, un forage ou une fracturation imminents, on déclenche un plan d'intervention rapide, qui est en fait une mobilisation citoyenne contre les gaz de schiste, des personnes formées [qui] bloqueront avec leur corps de façon non violente [les gazières] », explique Philippe Dumont, un organisateur de la formation.

Le regroupement souhaite former des centaines de citoyens dans la province au cours des prochains mois, particulièrement dans la vallée du Richelieu, où la contestation citoyenne a été très importante.

Moratoire d'une génération, qui dit représenter quelque 20 groupes et 200 citoyens, vise l'obtention d'un moratoire de 20 ans sur l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste.

En complément

Info en continu