Le Québec inaugure sa première mine de diamants

Radio-Canada avec La Presse canadienne
Le reportage de Maxime Bertrand

La société minière Stornoway a dévoilé mercredi la mine Renard, le premier projet diamantifère au Québec.

Situé dans les monts Otish de la Jamésie, à 350 km au nord de Chibougamau, le projet Renard comprend deux mines : une souterraine et l'autre à ciel ouvert, d'une profondeur de 70 m sur une capacité totale de 130 m.

Stornoway prévoit en extraire 6000 tonnes de minerai par jour.

« Nous allons terminer le développement et nous espérons atteindre la profitabilité en 2017. » — Patrick Godin, directeur et chef de l'exploitation de Stornoway

La phase de la production commerciale devrait être lancée d'ici le 31 décembre, affirme l'entreprise. D'une durée de vie évaluée à 14 ans, la mine Renard devrait produire annuellement 1,6 million de carats, soit environ 2 % de l'offre mondiale.

Le projet comprend pour l'heure 450 employés, un chiffre qui pourrait augmenter à 525 en période de pointe, selon le directeur de l'exploitation.

« Au moment où nous allons stabiliser les activités de la mine et obtenir de la constance en ce qui a trait à la production, nous pourrons évaluer la possibilité d'augmenter la productivité », explique M. Godin, sans fournir d'échéancier précis à ce sujet.

ACCIDENT D'AVION EN COLOMBIE-BRITANNIQUE

Québec et la Caisse actionnaires 

Stornoway n'est pas contraint d'effectuer la transformation des diamants extraits du sol québécois. Ils seront plutôt vendus lors d'encans à Anvers, en Belgique, l'un des principaux marchés de la planète. M. Godin assure toutefois que la société pourrait faire affaire avec un acheteur québécois.

« Polir des diamants demande beaucoup de crédit puisqu'il faut les acheter, explique-t-il. Nous sommes un producteur et nous désirons obtenir le meilleur prix possible pour nos actionnaires, comme le gouvernement québécois et la Caisse. »

L'État détient 29 % des parts du projet, tandis que la Caisse de dépôt et placement du Québec possédait, en date du 31 décembre dernier, 44,7 millions d'actions de la société minière, soit environ 5,4 % de l'actionnariat.

Dans les cartons depuis une quinzaine d'années, le plan minier final a été publié le 30 mars 2016, après une succession de forages et d'échantillonnages entre 2001 et 2008. La construction du projet a commencé en juillet 2014, à la suite d'un financement de 946 millions de dollars.

La quasi-totalité des revenus générés par le projet, dont les projections sont estimées à 320 millions de dollars par an, doit provenir des diamants de joaillerie, associés aux produits de luxe comme les bijoux.

L'économie avec Gérald Fillion