Un forum pour contrer le « rouleau compresseur » du modèle économique dominant

Jean-Martin Aussant, directeur général du Chantier de l'économie sociale Jean-Martin Aussant, directeur général du Chantier de l'économie sociale  Photo :  Capture d'écran - Radio-Canada

Le Forum mondial de l'économie sociale qui s'est ouvert mercredi au Palais des congrès de Montréal est une occasion pour le Québec d'apprendre des meilleures pratiques élaborées en la matière partout dans le monde, estime Jean-Martin Aussant.

En entrevue à ICI RDI, le directeur général du Chantier de l'économie sociale, qui organise conjointement l'événement avec la Ville de Montréal, soutient qu'il est essentiel de trouver des solutions de rechange au « rouleau compresseur du modèle [économique] actuel ».

« C'est un modèle qu'il faut revoir : le modèle de la croissance sans fin et du prix de l'action qui doit toujours monter, ça mène à des inégalités qui sont intenables. » — Jean-Martin Aussant

« Il y a beaucoup de gens qui vont parler de projets, et qui vont pouvoir apprendre, ici aussi. On est des leaders, on a beaucoup à donner à la planète. Mais on a aussi beaucoup à apprendre de ces gens-là », a-t-il souligné.

Quelque 1300 participants issus de 62 pays ou de 300 villes sont attendus à Montréal pour le Forum mondial de l'économie sociale, qui se déroule jusqu'à vendredi. Parmi ceux qui ont pris la parole mercredi, notons le maire de Montréal, Denis Coderre, son homologue de Séoul, Won Soo-Park, le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, et le ministre fédéral de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos.

Quelque 7000 entreprises associées à l'économie sociale sont actives au Québec et elles embauchent environ 150 000 personnes, indique M. Aussant, en précisant que le gouvernement et l'Institut national de la statistique présenteront bientôt un portrait plus précis du phénomène.

Le reportage de Laurent Therrien

Parmi les entreprises les plus connues du secteur, il cite le Mouvement Desjardins, la TOHU, la Société des arts technologiques, mais aussi de nombreuses microbrasseries regroupées sous forme de coopératives, et même une guilde de programmateurs de jeux vidéo.

« C'est vraiment un secteur gigantesque de notre économie, c'est presque 10 % de notre PIB, ce qui est rare dans le monde. On est presque des précurseurs là-dessus », affirme l'ex-député péquiste et fondateur d'Option nationale.

Jean-Martin Aussant déplore que le terme « économie sociale » soit empreint de préjugés. « Les gens associent ça à de l'aide sociale, ou à l'aide aux pauvres, aux démunis, alors que c'est 40 milliards de dollars de chiffre d'affaires au Québec. C'est énorme! »

« C'est plus grand que l'aéronautique, que les mines, que la construction. Je le répète partout, je veux que les gens l'intègrent. » — Jean-Martin Aussant

Au Québec, la Loi sur l'économie sociale définit clairement les entreprises du secteur comme étant une coopérative, une mutuelle ou une organisation sans but lucratif, rappelle encore M. Aussant.

Ces entreprises se distinguent des autres par leur finalité « un peu plus collective que le simple prix de l'action qui doit monter », résume-t-il. Les profits qu'elles génèrent sont plutôt réinvestis dans de nouveaux ou de meilleurs services, afin d'obtenir un impact collectif.

Leur nature explique d'ailleurs pourquoi leur taux de survie est supérieur à celui des entreprises du secteur privé.

« Quand il y a des crises, ils se serrent les coudes et passent au travers. Alors qu'au privé, souvent, on va tirer la plogue sur un projet pour sauver le bilan ou préserver les finances de l'entreprise. » — Jean-Martin Aussant

« Donc, le fait que ce soit un projet collectif souvent à la base, ça fait que le taux de survie après 10 ans est souvent le double de celui du privé », ajoute-t-il. « Pour la répartition des richesses, plus équitable, dont on a tant besoin, c'est une forme d'entreprise particulièrement efficace. »

Bien qu'il se fasse l'apôtre de ce type d'approche économique, Jean-Martin Aussant rappelle que son but n'est pas de faire disparaître le secteur privé ni de remplacer l'action gouvernementale dans certains domaines.

Il s'agit plutôt de parvenir à « un équilibre entre les trois piliers que sont le gouvernement, le privé et le collectif », conclut-il. « Et le jour où cet équilibre-là va être atteint, je pense qu'on va faire un grand pas. »

Une « nouvelle volonté politique », dit Coderre

Dans une mêlée de presse suivant son discours devant les participants au Forum, le maire de Montréal, Denis Coderre, a livré un plaidoyer pour que l'économie sociale devienne plus que jamais un pilier du développement économique de la métropole et d'autres villes du monde.

« Avec Jean-Martin, avec tout le groupe, dans le fond, on envoie un message qu'il y a une nouvelle volonté politique » en faveur de l'économie sociale, a-t-il déclaré. « Ce qui est intéressant, c'est que c'est devenu une pierre angulaire d'une stratégie collective de l'ensemble des maires à travers le monde. »

« Quand je suis allé à Séoul, on parlait d'une maison de l'économie sociale. On va faire une grande annonce cet après-midi un petit peu plus tard. » — Denis Coderre
Une maison de l'innovation sociale à Montréal

Ce projet, qui a été annoncé mercredi, réunira des partenaires de tous les horizons, comme des organismes financiers, des entreprises, des universités, des fondations et certainement les trois ordres de gouvernements. La maison de l'innovation sociale aura pour mission d'appuyer la création et la mise en application de projets et offrira plusieurs services comme un centre d'expertise, un générateur d'idées et un laboratoire de recherche qui sera complémentaire au travail déjà effectué dans les universités montréalaises. La maison, qui devrait coûter une dizaine de millions de dollars, ouvrira ses portes en 2017 ou 2018.

« Ce que M. Aussant a dit avec raison, c'est qu'il faut que ça devienne mainstream. Il ne faut pas que ça devienne comme une mode, quelque chose qui était l'apanage de quelques groupes, de quelques individus », a-t-il ajouté.

« À partir de maintenant, ce n'est pas l'économie contre le social. Les deux sont intégrés ensemble », a encore dit M. Coderre. « C'est une valeur beaucoup plus inclusive, une valeur qui va permettre de combattre les iniquités, et en même temps, c'est une source de richesse importante à tous les niveaux. »

« C'est devenu un vecteur important dans notre propre développement économique. On ne peut plus parler de développement sans parler d'économie sociale. » — Denis Coderre

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Info en continu

L'économie avec Gérald Fillion

Dossiers et plus