La Caisse de dépôt investit 2 milliards dans Bombardier Transport

Représentation du train de Bombardier construit pour la société de transport de San Francisco. Représentation du train de Bombardier construit pour la société de transport de San Francisco.  Photo :  Bombardier

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) investit 2 milliards de dollars dans la division transport de Bombardier. Elle met ainsi la main sur 30 % de Bombardier Transport et obtient trois sièges au conseil d'administration de la division. Tant le PQ que la CAQ ont salué la transaction, en profitant pour critiquer une nouvelle fois l'entente conclue, fin octobre, entre le gouvernement Couillard et Bombardier pour son projet d'avions C Séries.

La Caisse de dépôt, qui constitue le bas de laine des Québécois, investit ainsi dans la nouvelle entité créée par l'entreprise, BT Hodco, pour diriger l'ensemble des activités de transports. Bombardier cherchait du financement pour cette nouvelle entité et envisageait la mise en vente d'actions.

« Une fois complétée, la transaction annoncée aujourd'hui cristallisera la valeur de Bombardier Transport et renforcera la situation financière de Bombardier sans accroître sa dette », explique le communiqué de l'entreprise. La transaction renforce la situation financière de la société, dont la division des transports atteint une valeur de 6,7 milliards de dollars.

Président et chef de la direction de Bombardier inc. depuis février dernier, Alain Bellemare prendra la tête du nouveau conseil d'administration de BT Holdco dont trois sièges seront nommés par la CDPQ.

« Bombardier Transport est un chef de file mondial de l'industrie du transport sur rail avec un carnet de commandes robuste, des revenus prévisibles et un potentiel de croissance considérable. Les incitatifs de performance puissants qui sont au cœur de cette transaction de même que le plan d'affaires pour améliorer l'exécution n'ont qu'un seul objectif : créer davantage de valeur dans Bombardier Transport », a déclaré le président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Michael Sabia.

Puissants incitatifs de performance

Cette nouvelle transaction comprend des modalités assurant à la Caisse un rendement minimum de 9,5 % ainsi que d'autres aspects reliés à la performance de Bombardier Transport.

Ainsi, si Bombardier Transport dépasse certains objectifs, le pourcentage de la participation de la Caisse reculera annuellement de 2,5 %, jusqu'au seuil minimum de 25 %. À l'inverse, une augmentation annuelle de 2,5 % de la participation de la CDPQ, jusqu'à concurrence de 42,5 % sur cinq ans, est prévue si les cibles ne sont pas atteintes.

Couillard et Péladeau s'affrontent quant aux milliards investis dans Bombardier

Pour voir l'échange entre MM. Couillard et Péladeau sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Deuxième injection en moins d'un mois 

C'est la deuxième fois en moins d'un mois que le Québec injecte des sommes importantes dans la société québécoise. Le gouvernement du Québec a injecté 1,3 milliard de dollars pour soutenir le développement du nouveau modèle d'avion de Bombardier, la C Series, dont le développement a pris du retard.

Bombardier a créé une entité pour isoler la division de la C Series, dans laquelle le gouvernement québécois détient désormais près de 50 % des actifs, du reste de sa division aéronautique.

Le gouvernement fédéral pourrait également investir de l'argent au sein de l'entreprise qui lui a remis une demande chiffrée en ce sens.

Bombardier Transport, qui possède une usine à La Pocatière, au Québec, compte 39 700 employés dans le monde. Le siège social de la division se trouve toutefois en Allemagne.

Une leçon de finance au premier ministre, dit Pierre Karl Péladeau

Le leader péquiste, qui avait été très critique du plan d'aide de 1 milliard de dollars à Bombardier du gouvernement libéral, annoncé à la fin octobre a, cette fois, souligné le bon sens de la Caisse de dépôt qui vient ainsi donner « une leçon de finance » au gouvernement Couillard.

« Plutôt que d'assumer tous les risques dans le programme de la C Series - et d'investir dans un programme en développement ne comprenant aucune garantie de rendement, comme l'a fait le gouvernement -, les déposants de la Caisse, c'est-à-dire la grande majorité des Québécois qui cotisent à la Régie des rentes, vont avoir la garantie d'un rendement d'au moins 9,5 % et obtenir l'augmentation de valeur d'une entreprise qui génère plus de 6 milliards en revenus et plus de 600 millions en bénéfices d'exploitation », souligne le chef de l'opposition officielle.

M. Péladeau revient également à la charge, exigeant plus de détails sur l'entente entre le gouvernement Couillard et Bombardier. « Alors que tous les détails de l'entente conclue par la Caisse ont été annoncés ce matin, nous n'avons toujours pas le commencement d'un détail sur celle conclue par le gouvernement pour la C Series », dit-il.

Entrevue avec Carl Simard et Daniel Bordeleau

Pour voir l'entrevue avec Carl Simard et Daniel Bordeleau sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Une bonne transaction, selon la CAQ

La Caisse a réalisé une bonne transaction en investissant dans le fleuron québécois en difficulté financière.

«  C'est difficile de critiquer la transaction de la Caisse. » — François Legault, chef de la CAQ

Le chef caquiste revient à la charge pour critiquer l'entente du gouvernement Couillard avec Bombardier pour la CSeries.

Il estime que le gouvernement aurait dû obtenir des garanties sur les actifs qui ont plus de valeur, notamment ceux de la filiale ferroviaire.

« Avoir mis 1 milliard $US dans une division qui est risquée, qui n'a pas vraiment de valeur, c'est là qu'il y a eu une erreur, sans obtenir de garantie, ni d'actifs, ni d'emplois sur l'ensemble de l'entreprise », a déploré le chef caquiste.

La Fédération des chambres de commerce du Québec accueille favorablement cette annonce « qui vise à renforcer la situation financière de Bombardier sans accroître sa dette ». Cette décision donnera « un nouveau souffle à l'ensemble de l'entreprise », estime Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la FCCQ.

L'économie avec Gérald Fillion