Augmentation des tarifs en CPE : à vos impôts!

Des enfants à la garderie Des enfants à la garderie  Photo :  IS/iStock

En date du 1er avril 2015, le coût d'une place en centre de la petite enfance (CPE) sera calculé en fonction du revenu des parents, et augmentera pour la majorité des familles québécoises. Cependant, plusieurs crédits d'impôt et prestations viendront réduire la facture des familles.

Un texte d'Andrée-Anne St-ArnaudTwitterCourriel

Les familles qui gagnent moins de 50 000 $ continueront de payer 7,30 $ par jour. Pour un revenu familial brut entre 50 000 $ et 75 000 $, le tarif passe à 8 $ par jour. L'augmentation est donc plus marquée pour les familles mieux nanties. À partir de 75 000 $, le tarif augmente de manière graduelle. Par exemple, pour une famille qui gagne 100 000 $, le coût d'une place en CPE atteindra 11,41 $ par jour, jusqu'au maximum de 20 $ par jour pour les ménages dont le revenu brut dépasse 157 500 $.

Pour voir ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Le gouvernement fera ainsi une ponction de 179 millions de dollars dans les poches des parents québécois. Les familles les plus touchées paieront jusqu'à 2260 $ de plus par année, par enfant, pour leurs frais de service de garde en CPE.

« Ça représente un poids budgétaire assez important, on s'entend. Quand ta garderie passe de 7 $ à 20 $, je pense que tu vas faire des sacrifices sur certaines choses. » — Farah Hafiz, maman d'une petite fille de 5 mois

En réalité, peu de familles paieront réellement un tel coût, selon le professeur au Département des sciences économiques de l'ESG-UQAM Philip Merrigan. « Il faut rappeler aux gens que c'est un montant brut qu'ils auront à payer parce que les déductions, telles que la déduction fédérale, vont augmenter », explique-t-il.

Plusieurs crédits et prestations viendront donc réduire la facture nette des services de garde. Le gouvernement fédéral offre notamment la Prestation fiscale canadienne pour enfants, la Prestation fiscale pour le revenu de travail, la Prestation universelle pour la garde d'enfants, qui augmente en 2015, ainsi que le crédit pour la TPS.

Ces crédits d'impôt sont si généreux qu'en y ajoutant le crédit provincial pour frais de garde d'enfants, il pourrait être plus avantageux pour certaines familles québécoises de placer leur enfant dans une garderie privée non subventionnée.

« À faible revenu, disons pour une famille qui gagne 50 000 $, c'est probablement mieux d'aller dans le secteur privé à cause du crédit provincial qui est très généreux. » — L'expert Philip Merrigan

Pour la grande majorité des familles québécoises, le CPE restera tout de même la solution la moins chère.

L'importance de planifier

Le ministère des Finances du Québec propose aux familles un calculateur qui permet d'estimer le coût net des services de garde, en fonction de leur revenu familial. Cet outil sera particulièrement utile aux familles qui souhaiteront épargner les sommes correspondant à l'augmentation des tarifs en CPE.

Concrètement, les parents dont les enfants fréquentent un centre de la petite enfance continueront de verser 7,30 $ par jour au service de garde. Le solde du compte devra être versé au gouvernement à la fin de l'année, lors de la production de la déclaration de revenus. Le calculateur permet donc d'estimer la somme à épargner pour débourser l'excédent du coût net des services de garde.

L'économie avec Gérald Fillion