Nouvelles / Dossiers / P.E. Trudeau


PIERRE ELLIOTT TRUDEAU
(18 octobre 1919 - 28 septembre 2000)


Journaliste : Sophie-Hélène Lebeuf

Dernière mise à jour : septembre 2000


L'intellectuel voyageur : Fils d'un père francophone et d'une mère anglophone, Pierre Elliott Trudeau poursuit des études supérieures à l'étranger, puis entreprend de nombreux voyages. Il fonde par la suite la revue Cité libre avant de se joindre à l'équipe libérale de Lester B. Pearson, à qui il succède en 1967.


Le premier mandat (1968-1972) : des années explosives : Sa Loi sur les langues officielles déçoit certains anglophones sans pour autant satisfaire les souverainistes. Ses premières années sont également marquées par la crise d'octobre de 1970, à laquelle il répond par la Loi sur les mesures de guerre.

Les deuxième et troisième mandats (1972-1979) : ce NPD qui défait les gouvernements : Les libéraux sont réélus mais, minoritaires, ils sont renversés en 1974. Ils remportent alors les élections, mais perdent celles de 1979 au profit des conservateurs, qui seront toutefois rapidement défaits.


Le dernier mandat (1980-1984) : l'unité nationale au menu : Pierre Elliott Trudeau effectue son retour peu avant la tenue du référendum sur la souveraineté-association proposée aux Québécois par René Lévesque. Dans la foulée de la victoire du « non », Pierre Elliott Trudeau procède au rapatriement de la Constitution, sans l'accord du Québec.

Son héritage politique : Après son retrait de la vie publique, il fait quelques sorties remarquées pour défendre sa vision du Canada. Pour les uns, son nom reste lié à la Charte des droits ou à de généreux programmes sociaux. D'autres l'associent plutôt à la « nuit des longs couteaux ». Quoi qu'il en soit, l'ancien premier ministre survit dans la mémoire collective.



Intégrale du document télévisé de cinq heures
sur la vie de Pierre Elliott Trudeau

Tournée en 1993 et diffusée en janvier 1994 à Radio-Canada et à CBC, cette série unique a attiré en moyenne 800 000 téléspectateurs francophones.

       
1 

Épisode 1 (1919-1968)
L'apprentissage de la vie
Cet épisode de 90 minutes, chargé d'images inédites des archives familiales, nous replonge dans l'enfance de Pierre Elliott Trudeau, dans ses années d'études au collège Brébeuf, à l'Université de Montréal, à Harvard et en Europe, puis dans son voyage autour du monde. De retour au Canada, Pierre Trudeau s'engage dans la lutte contre le régime Duplessis aux côtés de Jean Marchand et de Gérard Pelletier. Il joue un rôle important dans la grève d'Asbestos, fonde la revue Cité libre et le Rassemblement démocratique, puis fait ses premières armes en politique fédérale. Nommé ministre de la Justice, il commence à réaliser sa vision d'un Canada moderne.

 

 
 

Épisode 2 (1968-1969)
L'apprentissage du pouvoir
Pierre Trudeau, élu chef du Parti libéral en avril 1968, succède à Lester B. Pearson à la tête du gouvernement. Il déclenche aussitôt des élections générales. La campagne prend l'allure d'un culte, la « trudeaumanie ». La veille du scrutin, il confirme son image d'homme fort en tenant tête aux émeutiers du défilé de la Saint-Jean à Montréal. Reporté au pouvoir, il modernise le Parlement, implante le bilinguisme au fédéral, introduit un programme de développement régional et révoque la mission de première frappe nucléaire de l'aviation canadienne. Sous son influence, le Canada s'affirme davantage en politique extérieure.

 

 
 

Épisode 3 (1969-1972)
L'apprentissage de l'ordre
Le monde de la fin des années 60 est en ébullition et le Canada n'échappe pas au tumulte. En politique extérieure, il établit des relations diplomatiques avec la Chine communiste et le Vatican. Des archives chinoises présentent Trudeau en compagnie de Mao Tsé-Toung. Le Canada et le Québec ne sont pas imperméables à la vague de violence qui s'empare du monde. Pierre Trudeau est confronté à la crise d'octobre, une des plus graves de l'histoire du Canada. Il livre ses réflexions sur cette crise et rappelle les circonstances qui l'ont amené, lui, le champion des libertés civiles, à décréter la Loi sur les mesures de guerre.

 

 
 

Épisode 4 (1972-1980)
L'apprentissage de l'épreuve
Dans les années 70, Pierre Trudeau doit s'initier tour à tour au pouvoir et à l'opposition, à la politique intérieure et extérieure, à la vie de ménage et à celle de père de famille. Quatre fois, il sollicite la confiance de l'électorat, dont trois fois avec succès. Sa tentative de trancher le différend constitutionnel échoue à la conférence de Victoria lorsque le premier ministre du Québec, Robert Bourassa, revient sur sa position. Durement frappé par la crise du pétrole, le Canada est en proie à l'inflation et le premier ministre doit se résoudre au blocage des prix et des salaires qu'il a combattu un an auparavant sur les tribunes électorales. Il se prépare aussi à une épreuve de force avec René Lévesque et le Parti québécois, porté au pouvoir à Québec en 1976.

 

 
  Épisode 5 (1980-1984)
Les fruits de l'apprentissage
Durant son dernier mandat, Pierre Trudeau s'emploie à préserver l'unité du Canada, menacée par le référendum sur la souveraineté du Québec, en mai 1980. Puis, il procède au rapatriement de la Constitution du Canada, qui relève toujours de l'autorité du Parlement britannique. Il offre sa version de la ronde de pourparlers constitutionnels, baptisée la « nuit des longs couteaux ». Au cours du rapatriement, la Constitution s'enrichit d'une charte qui garantit les droits individuels. Avant de passer le flambeau, il entreprend une croisade pour la paix qui le mène dans les principales capitales du monde. Dans cet épisode, il fait état de ses relations et de ses divergences d'opinion avec les chefs de gouvernement qu'il a côtoyés durant ses années au pouvoir.
0
       

 
   

 

 

Une production de Roch Demers.
Les Productions La Fête en collaboration avec Radio-Canada.

Dossier des archives
Un pays de trudeaumanie

Dernière mise à jour : septembre 2000