Maurice « Rocket » Richard

(1921 - 2000)

Accueil

Son entrée dans la LNH

Le plus grand marqueur de tous les temps

Le 400e but

Le 500e but et la retraite

Reportages et Hyperliens



JOURNALISTE
Richard Raymond

Il a dit...



« C’est la première fois que je suis nerveux de même depuis que je joue au hockey. »
(Après que le Canadien eut remporté la coupe Stanley en 1953)

« Je crois que cette décision-là du président Campbell de me suspendre pour le "playoff" était pas mal injuste. »
(Au sujet de sa suspension, en 1955)


 

 

En bref

  • Il est né 4 août 1921 à Montréal.
  • Il est le fils aîné d'Onésime et Alice Richard.
  • Il commence à jouer au hockey vers l'âge de cinq ans sur la patinoire que son père lui construit dans la cour de la maison familiale.

Tous ceux qui ont vu jouer Maurice Richard ou qui ont joué avec - ou contre - lui s'accordent pour dire qu'il n'était pas un joueur de hockey ordinaire. Il a prouvé à plusieurs reprises, au cours de sa carrière, qu'il était fait de l'étoffe des légendes, et il est devenu en 18 ans le héros de toute une génération de Québécois. D'esprit combatif, le démon sur glace était un marqueur de génie à qui le monde du hockey doit beaucoup.

Maurice avec ses parents, Onésime et Alice Richard

À 11 ans, il joue déjà au hockey dans un club constitué à l'école Saint-François-de-Laval, où il fait ses études primaires. Par la suite, il s'inscrit à l'École technique de Montréal avec l'espoir de devenir mécanicien. Dès sa première année à l'école, il fait partie de plusieurs équipes de hockey : il joue notamment pour l'équipe de son école, l'équipe juvénile du parc Lafontaine (sous le nom de Maurice Rochon), l'équipe junior B de Lachine (sous son vrai nom) et le junior B de Bordeaux, quartier qu'il habite. Il se fait remarquer par Arthur Therrien, qui devient son agent.

 

Maurice Richard

À 18 ans, il fait partie de l'équipe Paquette du parc Lafontaine : il marque 133 des 144 buts comptés par l'équipe au cours de la saison. En 1940, Richard passe au club-école du Canadien dans la Ligue de hockey senior du Québec. Il marque deux buts en deux périodes au cours de sa première partie, mais il se brise une cheville en troisième période et reste inactif pour le reste de la saison. Au cours de la saison 1940-1941, il se fracture un poignet. Entre-temps, un confrère de l'École technique lui présente sa soeur, Lucille. Le jeune homme l'épouse le 12 septembre 1942, un mois après avoir célébré son 21e anniversaire.

 

Maurice et Lucille Richard