Le Père Noël

JOURNALISTE
Florence Meney

 

 

 

Le Père Noël est un homme de peu de mots. On sait cependant qu'il a dit, à maintes occasions : « Oh, Oh, Oh ! »

 

 

 

 

 

 

 

Le Père Noël, alias :

Santa Claus, St. Nicholas, San Nicola, Sancte Claus, Hoteiosho, Father Christmas, Sinterklaas, Sonnerklas, Weihnachtsmann, etc.

 

 


En bref...

Date de naissance :
Discutée, mais il est au moins aussi vieux qu'il en a l'air

État civil :
Marié
Sans enfant (sauf ceux du monde entier)




Les origines

Le Père Noël sympathique et joufflu, toujours bienveillant, que nous connaissons chez nous aujourd'hui est très éloigné de ses ancêtres. Ses origines sont floues et complexes, et il est aujourd'hui le résultat du mélange de plusieurs traditions et légendes.

Un mythe païen
Le Père Noël est plus vieux que vous ne le pensez. En fait, il aurait dix mille ans, au bas mot, selon les ethnologues. Non pas, bien sûr, dans sa forme actuelle, mais selon ce qu'il symbolisait à l'époque chez les peuplades indo-européennes, soit une sorte de sorcier incarnant l'Esprit de la nature. Ses représentations ont varié, suivant les lieux et les époques : il prenait le plus souvent la forme d'un personnage masqué et cornu, branche à la main, enveloppé de peaux de bêtes... et barbu (déjà !). Parfois, il était vêtu d'une longue robe. Le sorcier jouait le rôle d'intermédiaire entre les chasseurs du groupe et l'Esprit de la forêt, qu'il tentait de se concilier en lui offrant des sacrifices et en enflammant un arbre.

Autre ancêtre du Père Noël : le dieu Odin (ou Wodan) de la mythologie germanique, que l'on adorait chez les peuples du nord de l'Europe, dans l'espoir en particulier d'assurer le retour du soleil après les longs hivers. On plantait alors un sapin illuminé par des torches et décoré devant les demeures. Déjà dans cette mythologie, le personnage était un vieil homme à la barbe blanche et vêtu de rouge. De plus, il conduisait un traîneau tiré par des rennes !

 

Quand l'Église récupère le Père Noël

Avec l'avènement du christianisme, ces expressions de cultes dédiés aux dieux païens ont commencé à déranger. L'Église s'attacha très tôt (dès la période romaine) à dissuader ces pratiques, tentant même d'associer l'image du sorcier vêtu de peaux de bêtes à celle de Satan. Pourtant, les croyances étant tenaces dans la population, on continua à adorer l'Esprit de la forêt, et ce jusqu'au XVIe siècle dans certains endroits.

 

Saint Nicolas

Au Moyen-Âge, toujours dans cette même volonté d'éliminer les pratiques païennes, l'Église introduit un saint pour le substituer à l'Esprit de la forêt comme objet d'adoration. C'est dans les zones nouvellement christianisées, où les cultes païens celtiques et germaniques demeuraient forts, qu'on commença à mêler les légendes du dieu Wodan avec celles de certains saints chrétiens. C'est alors qu'apparut saint Nicolas.





Qui était saint Nicolas ?

Il serait en fait le résultat de la fusion de deux saints distincts, le plus connu étant un évêque, né vers 270 et mort en 343 à Myre, en Asie mineure. On lui attribue une myriade de miracles et de bienfaits. Il serait apparemment mort un 6 décembre. Après, saint Nicolas a alimenté une multitude de légendes. Célèbre en Orient, des marchands italiens ramènent ses restes en 1087. Quelques années plus tard, un Lorrain vole l'une des phalanges de la relique. Le culte de saint Nicolas renaît alors dans le nord de la France, puis s'étend à une bonne partie de l'Europe du Nord. Ce saint devient le protecteur des enfants.

À partir du XVIe siècle, on retrouve la tradition du saint qui effectue sa tournée des maisons pour distribuer des cadeaux aux enfants sages (ceux qui connaissent leurs prières). On est alors encore loin du personnage débonnaire du Père Noël : saint Nicolas est un saint sévère et moralisateur, coiffé d'une mitre d'évêque, accompagné le plus souvent de son compagnon détestable, le Père fouettard, et d'un âne.

À la suite de la réforme protestante, la fête de la Saint-Nicolas fut abolie dans certains pays d'Europe.

Ce sont des immigrants hollandais qui exporteront Sinter Klaas vers le Nouveau Monde au début du XVIIe siècle, où il ne tardera pas à devenir Santa Claus.


N.B. La légende de saint Nicolas varie selon les pays et même les régions. Aux Pays-Bas, par exemple, on raconte que le saint habite en Espagne avec son valet, Pierre le Noir. En Autriche, saint Nicolas est entouré de personnages inquiétants, les Krampus, qui peuvent entraîner aux enfers les enfants désobéissants.

 

L'Église décida au fil du temps que la tournée de saint Nicolas devait se faire en même temps que la fête de la naissance de l'Enfant Jésus. Ainsi, dans les familles chrétiennes, saint Nicolas fit désormais sa tournée dans la nuit du 24 décembre.

La Saint-Nicolas est cependant encore fêtée le 6 décembre dans l'est (Lorraine et Alsace) et le nord de la France, ainsi qu'en Belgique, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Autriche.

 

Chanson enfantine de Lorraine

Ô grand saint Nicolas, patron des écoliers,
Apporte-moi des pommes dans mon petit panier.
Je serai toujours sage comme une petite image,
J'apprendrai mes leçons pour avoir des bonbons.

 


Vers le Père Noël actuel

C'est aux États-Unis que s'est effectuée la mutation du bon vieux saint Nicolas, importé par les Hollandais vers le Père Noël (Santa Claus) de notre enfance.

En 1809, l'écrivain Washington Irving parle, pour la première fois, d'un saint Nicolas qui se déplacerait dans le ciel, à cheval, pour distribuer plus rapidement ses cadeaux. En 1821, un pasteur, Clement Clark Moore, rédige un charmant conte de Noël pour sa fillette, A Visit From St. Nicholas. C'est dans cette version qu'apparaît une figure plus moderne du Père Noël : l'auteur dépeint le personnage comme un bonhomme grassouillet et rieur. La presse reprendra ce conte en 1823 et le rendra très populaire, même au-delà des frontières américaines. Elle lui ajoute même le traîneau et les rennes des vieilles légendes du Nord, pour remplacer le bon vieil âne ou le cheval.

Extrait : It was the night before Christmas, when all through the house, not a creature was stirring, not even a mouse. The stockings were hung by the chimney with care, in hopes that St. Nicholas soon would be there.

Deux siècles après avoir mis le pied sur le sol américain, saint Nicolas subit une autre transformation décisive aux mains d'un dessinateur et caricaturiste très connu (spécialisé dans la satire politique), Thomas Nast. Cet artiste, originaire de Bavière, dessina en 1860 une sorte de troll de petite taille revêtu d'une tunique de fourrure rouge, très différent en fait du grand saint austère des pays d'Europe du Nord. Grâce à la popularité de ses dessins, le caricaturiste continuera, à chaque période des fêtes, de représenter ce personnage, devenu sympathique et rubicond, en fait plus accessible.

C'est aussi Nast qui, le premier, situe la demeure du Père Noël au pôle Nord, dans un dessin célèbre.

 

Le Père Noël devient vendeur

Le visage actuel du Père Noël trouve sans doute sa première incarnation dans une publicité de la compagnie américaine Coca-Cola diffusée en 1931. C'est le dessinateur Haddon Sundbloom qui a immortalisé ainsi cette figure légendaire. Le Père Noël porte désormais tunique et pantalon rouges, tendus sur un ventre rebondi.

Bien qu'il fasse la joie des enfants, le Père Noël n'a plus grand-chose à voir avec le saint grave et sage et ce qu'il incarnait à l'origine. Dans nos sociétés, c'est avant tout un outil de marketing sans pareil.

Le Père Noël conçu en sol américain s'est répandu en Europe après la Deuxième Guerre mondiale, mais on note encore des différences dans les coutumes entre les deux continents, et même entre les régions.

 

L'évolution du Père Noël

Les cultes païens

Adoration de divinités liées à la nature, Esprit de la forêt ou du soleil.

Saint Nicolas

Serait le résultat de la fusion de deux saints. Saint Nicolas aurait accompli de nombreux miracles.

Sinter Klaas - Santa Claus

Transposé en Amérique du Nord.
A évolué au fil des décennies, perdant son aspect austère et moralisateur.

Père Noël moderne

Existe sous des formes différentes, suivant les pays, mais il est toujours un personnage débonnaire et bienveillant, chargé de cadeaux.

 

Le traîneau du Père Noël est tiré par huit rennes. Leurs noms sont : Dasher, Dancer, Prancer, Vixen, Comet, Cupid, Dunder et Blixen... en plus du petit renne au nez rouge, Rudolphe, bien sûr ! Pour la petite histoire, le petit renne au nez rouge est apparu en 1939, dans un conte. Son nez aurait permis au Père Noël d'effectuer sa tournée malgré l'épais brouillard.

 

Et la Mère Noël dans tout cela ?

Ce n'est que depuis quelques années que l'on a « marié » le Père Noël, apparemment pour des raisons purement commerciales. Il se peut aussi que l'on se soit inspiré de certains pendants féminins du Père Noël tirés des légendes anciennes.

 

Octobre 2001 : La Commission européenne dit non à la Mère Noël

La loi sur l'égalité des sexes en vigueur au sein de l'Union n'oblige pas le Père Noël à avoir un équivalent du sexe féminin, a décrété la Commission européenne. La Commission a rejeté, pour le motif qu'il s'agissait d'un « coup de marketing », une demande introduite par le groupe de distribution britannique Woolworths qui, selon l'instance européenne, entendait vendre des costumes de Mère Noël aux côtés de ceux du Père Noël au nom de la clause sur l'égalité des sexes. (Reuters)