Lucien Bouchard

En bref

De Saint-Cœur-de-Marie à Paris : la formation d’un politicien

L’expérience conservatrice

L’expérience bloquiste

L’expérience péquiste

Le constat d’échec

Quelques livres

Hyperliens

 



JOURNALISTE:
NICOLAS DUGUAY


Rester dans l’ombre



« Je ne vais certainement pas commenter les actions et les décisions du gouvernement. Je ne vais pas non plus commenter les prises de position de l’opposition même si parfois, j’imagine, il y aurait matière à le faire »
- Lucien Bouchard, expliquant qu’il ne comptait pas, une fois retiré de la politique active, commenter les décisions de ses successeurs



En bref
  • Né le 22 décembre 1938 à Saint-Cœur-de-Marie, au Lac-Saint-Jean
  • Marié à Audrey Best, d’origine américaine, et père de deux enfants, Alexandre et Simon
  • Exerce jusqu’en 1985 la profession d’avocat
  • Dès 1970, il œuvre au sein de commissions et d’organismes liés au domaine des relations de travail
  • Devient, en 1976, conseiller de Brian Mulroney lors de la course à la direction du Parti conservateur du Canada
  • Il est avocat dans la cause du gouvernement du Québec contre la Loi constitutionnelle de 1982 devant la Cour suprême
  • Redevient conseiller de Brian Mulroney en 1983 et participe activement à la campagne électorale fédérale de 1984, qui portera Brian Mulroney à la tête d’un gouvernement conservateur
  • Il est nommé, en 1985, ambassadeur du Canada en France
  • Il est élu député fédéral conservateur du Lac-Saint-Jean en 1988
  • En 1989, il est nommé ministre de l’Environnement et travaille à la mise sur pied d’un ambitieux « plan vert »
  • Exaspéré par les négociations autour de l’accord du lac Meech, il démissionne le 21 mai 1990 du cabinet fédéral pour siéger comme député indépendant

  • L’accord constitutionnel du lac Meech est définitivement enterré le 23 juin 1990

  • À l’été 1990, il regroupe autour de lui huit autres députés indépendants sous le nom de Bloc québécois
  • Lancement de l’autobiographie de Lucien Bouchard, À visage découvert, en 1992
  • Il milite activement, la même année, pour le rejet des accords de Charlottetown
  • Le 26 octobre 1992, l’entente constitutionnelle de Charlottetown est rejetée

  • Le Bloc québécois remporte 54 sièges lors de l’élection fédérale d’octobre 1993, formant ainsi l’opposition officielle



  • Il devient, avec Jacques Parizeau et Mario Dumont, l’un des principaux porte-parole du OUI lors du référendum de 1995
  • Il est assermenté premier ministre du Québec le 29 janvier 1996 et est élu, le 19 février suivant, député de Jonquière
  • Lucien Bouchard entame, comme premier ministre du Québec, la course au déficit zéro
  • L’Assemblée nationale du Québec adopte, en décembre 2000, la controversée loi sur les fusions municipales

  • Dans la foulée de l’affaire Michaud, qui éclate à la fin de l’année 2000, Lucien Bouchard annonce, le 11 janvier 2001, sa démission; il estime avoir échoué dans la cause indépendantiste et désire consacrer davantage de temps à sa famille
  • Depuis avril 2001, il pratique le droit au sein d’un cabinet montréalais et siège à divers conseils d’administration