La fessée : pour ou contre?

Donnez-vous la fessée à votre enfant? Non, disent spontanément la plupart des parents québécois. D'autres préféreront s'abstenir, car au Québec, les punitions corporelles sont un sujet tabou. Pourtant, dans des pays comme la France, on n'hésite pas à recourir à la fessée et à en parler ouvertement. Pas surprenant : la fessée se classe au premier rang des punitions familiales.

De « l'époque des curés » et « de la strap », le Canada est passé à « l'ère de l'enfant-roi » où l'écoute, la négociation et la réflexion ont pris toute la place. Tout comme l'adulte, l'enfant est un être humain qui se doit d'être respecté et écouté.

Bientôt, le plus haut tribunal du pays sera amené à se prononcer sur un « vieil » article du Code criminel, l'article 43, qui statue que la fessée est encore acceptable aujourd'hui, du moins dans des limites « raisonnables ». Un jugement qui aura un impact considérable dans la vie quotidienne de dizaines de milliers de familles canadiennes...

Un reportage d'Enjeux:

Recherchiste : Marie-Claude Pednault
Journaliste : Alain Gravel
Réalisateur : Jean-Pierre Gagné

Dossier Internet:

Claudine Magny