Semaine de quatre jours aux parents d'enfants de moins de 12 ans, trois semaines de vacances après un an de service, augmentation des allocations familiales, création de garderies à 5 $, la famille était visiblement au coeur des promesses de la campagne électorale au Québec en avril 2003.

 


Des promesses qui pourraient certes donner un coup de pouce aux salariés réguliers du marché du travail. Mais qu'en est-il des parents travaillant à temps partiel? Des travailleurs autonomes? Et des mamans et papas au foyer? Un grand nombre de jeunes parents d'aujourd'hui disent rêver d'avoir un troisième enfant, mais y renoncent. Pourquoi? Si Québec dit rêver d'une revanche des berceaux, ses politiques de soutien à la famille, elles, semblent loin d'inciter la venue d'un deuxième baby-boom.

 


 

 

 

 

 

Un reportage d'Enjeux:



Journaliste : Michel Vincent
Réalisateur : Jean-Claude Le Floch
Dossier Internet :
Claudine Magny
Design : Étienne Bienvenu